Les femmes enceintes et la conduite : comment conduire sans prendre de risques ?

31 janvier 2023

Bien que la loi française autorise les femmes enceintes à conduire, celles-ci doivent veiller à bénéficier de toutes leurs facultés physiques et psychologiques avant de prendre le volant. Les femmes enceintes sont en effet confrontées à des défis lorsqu’il s’agit de conduire en toute sécurité, pour elles-mêmes et pour leur bébé. Voici comment évaluer si vous-même ou votre compagne êtes apte à conduire et si oui, jusqu’à quel moment.

femme enceinte
Crédits : Stocklib

Une femme enceinte peut-elle conduire jusqu’au terme ?

Dans la loi, rien n’interdit à une femme enceinte de conduire jusqu’au terme. Parfois, celles-ci n’ont d’ailleurs pas le choix, notamment quand il s’agit de récupérer leurs enfants à l’école ou la crèche, ou encore de répondre à diverses obligations.

Cela étant, toute femme enceinte sait que la conduite n’est pas une affaire de volonté ou de droit : le confort de conduite et l’aptitude priment avant tout. Ainsi, entre la ceinture de sécurité qui comprime le ventre, les maux de dos, les jambes lourdes et parfois la difficulté d’atteindre les pédales sont autant de facteurs qui invitent à laisser le volant à quelqu’un d’autre.

Les aspects psychologiques à prendre en compte

En raison du bouleversement hormonal qu’elle génère, la grossesse entraîne des changements d’humeur et de l’anxiété, ce qui peut affecter la conduite et les réactions. Mais attention, une femme enceinte n’est ni malade ni à la merci de réactions exacerbées, c’est un cliché à combattre. Cependant, en cas de bouffée d’angoisse au volant, cela peut affecter les réflexes ou bien, tout simplement, empêcher de conduire.

La santé mentale des femmes enceintes est essentielle pour la poursuite de la grossesse dans les meilleures conditions, notamment au volant. Soyez attentive à vos émotions et ne prenez pas le volant si vous vous sentez plus stressée que d’habitude.

Le bien-être physique au volant de la femme enceinte

Si la grossesse est parfois vue comme une période merveilleuse, les effets des hormones et du corps qui change au fil des mois n’apportent pas que de la joie. Ainsi, dès le premier trimestre, ce sont les nausées qui prennent souvent le dessus. Or, lorsque l’on conduit, difficile de maintenir suffisamment sa vigilance dans ces conditions. À cela s’ajoute la fatigue qui amenuise les réflexes.

Les femmes enceintes peuvent aussi avoir du mal à conduire et à effectuer les manœuvres, notamment pour se garer et s’insérer dans la circulation en raison de l’inconfort qu’elles ressentent. Car si le ventre peut être un obstacle plus le terme approche, le dos est aussi sollicité par la grossesse et cause souvent des douleurs.

Femmes enceintes et confort dans le véhicule

Tous ces aspects invitent à réfléchir sur le confort des femmes enceintes lorsqu’elles doivent prendre le volant. Voyons comment faire pour placer sa ceinture correctement et trouver la bonne position pour être à l’aise dans ses mouvements.

La ceinture de sécurité

Pas question de laisser de côté la ceinture quand on est enceinte ! Comme pour tous les conducteurs et les passagers, une femme enceinte doit porter la ceinture pour sa sécurité et aussi celle de son bébé. De nombreuses études ont ainsi démontré qu’en cas d’accident, si la femme enceinte ne porte pas de ceinture, le risque de rupture du placenta est élevé. À l’inverse, la ceinture et l’airbag protègent autant la mère que le bébé à naître en cas de choc.

Comme le recommande la Prévention pour la sécurité routière, si la ceinture gêne ou comprime, il est possible de la placer sous le ventre ; elle sera tout aussi opérante en cas d’accident.

La position idéale en voiture

Au cours de la grossesse, le corps change et les femmes peuvent notamment ressentir des douleurs au dos qui empêchent de se mouvoir, sans parler de la grosseur du ventre qui limite l’amplitude des gestes. Elles peuvent même connaître des difficultés à atteindre les pédales.

Veillez donc à vous adapter à ces changements au fur et à mesure des mois :

  • Ajustez régulièrement le siège et le volant, ainsi que les rétroviseurs
  • Portez des chaussures confortables, de type baskets, et vérifiez que vous pouvez bien atteindre et actionner les pédales
  • Placez un petit coussin au creux des reins pour soutenir votre dos

Faites des arrêts réguliers

Pendant la grossesse, la circulation sanguine est plus difficile. Les jambes sont lourdes et peuvent vite devenir inconfortables en position assise lors des longs trajets. Pour éviter de souffrir et par conséquent de ne plus être à 100 % concentrée sur sa conduite, mieux vaut s’arrêter et marcher quelques minutes, toutes les heures si possible.

Soyez prévoyante !

Pour parer à toute éventualité, ne partez jamais en voiture, même pour un petit trajet, sans votre téléphone portable, une bouteille d’eau et une collation en cas d’hypoglycémie.

Quand laisser le volant à quelqu’un d’autre ?

 

Parfois, pour la sécurité de la mère et de l’enfant, le plus sûr est de confier le volant à quelqu’un d’autre ou de trouver une autre solution.

Lors du dernier trimestre sur indication du médecin

Les 3 derniers mois de grossesse sont les plus à risques lorsque l’on conduit en raison du taux de naissances prématurées qui peuvent avoir lieu à cette période. Par conséquent, a fortiori sur de longues distances, mieux vaut se passer de la conduite si vous craignez d’accoucher avant le terme. Les gynécologues-obstétriciens conseillent donc pour la plupart d’éviter de prendre le volant à partir de cette période, mais cela dépend là encore de l’état de forme de chaque femme et de la santé de son bébé.

Sachez que beaucoup de femmes continuent de prendre le volant jusqu’au terme, sans risque pour elle ou pour leur bébé.

Le principal est d’écouter son médecin et de suivre scrupuleusement ses conseils. Lors des derniers rendez-vous durant cette période ou même bien avant, le spécialiste sait parfaitement indiquer à sa patiente s’il est ou non possible de conduire. Si la grossesse est à risques et demande du repos, la conduite sera évidemment proscrite.

Si vous êtes gênée

De vous-même, si vous êtes gênée dans vos mouvements, ne tentez pas le diable et confiez le volant à quelqu’un d’autre. Mais si vous êtes en pleine forme et ne vous sentez pas bloquée d’une quelconque manière, vous n’avez aucune raison de vous priver de la conduite !

Si vous êtes anxieuse

À l’inverse, si vous souffrez d’une légère anxiété lors de la conduite, essayez de trouver une autre solution pour continuer à bouger. Si vous faites des petits trajets, il est aussi tout à fait envisageable de laisser le volant au profit de la marche ou du vélo, au moins pendant une période de la grossesse.

Si la route est mauvaise

Durant les 6 derniers mois de grossesse, évitez les routes cabossées, caillouteuses ou jonchées de pavés. Les secousses et les vibrations peuvent entraîner la survenue de contractions et de douleurs pelviennes.

Les femmes enceintes peuvent donc tout à fait conduire en toute sécurité, à condition d’être installées confortablement et de faire attention à leur état général avant de prendre la route. Le médecin qui suit la grossesse est aussi le premier relais pour savoir si vous pouvez conduire ou non et jusqu’à quand avant le terme.

À lire ensuite :

Les solutions de colocation chez les seniors : avantages et fonctionnement 1

Les solutions de colocation chez les seniors : avantages et fonctionnement

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la colocation n'est pas seulement réservée aux étudiants ou aux jeunes actifs. De plus en plus de seniors optent pour cette formule de logement
Conseils et prévention santé
Mieux comprendre l'endométriose 2

Mieux comprendre l'endométriose

L'endométriose est une maladie chronique qui touche environ 1 femme sur 10 en France. Malgré une meilleure information, elle reste encore méconnue du grand public et de certains professionnels de santé. Pour autant, la prise en charge évolue aujourd’hui de manière positive. Qu’est-ce que l'endométriose ? Comment se manifeste-t-elle ? Quelles sont ses causes et ses conséquences ? Comment la traiter et la soulager ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre avec pour objectif de vous informer et de vous sensibiliser à cette maladie qui affecte la vie de nombreuses femmes.
Conseils et prévention santé
Mobiles Smile 2026 : L'interview croisée 3

Mobiles Smile 2026 : L'interview croisée

Découvrez notre projet d’entreprise dans cette interview croisée de nos 3 dirigeants.
Actualités
Les activités Montessori pour les enfants 4

Les activités Montessori pour les enfants

Vous cherchez des idées pour occuper vos enfants tout en favorisant leur épanouissement ? C’est le but des activités Montessori, qui sont à la fois ludiques, éducatives et adaptées à leur développement. Découvrez ici comment créer un environnement propice à l’apprentissage autonome. Vous verrez ainsi que la méthode Montessori n’est pas réservée aux écoles spécialisées, mais qu’elle peut être facilement mise en œuvre à la maison, avec un peu de matériel et beaucoup de bienveillance !
Conseils et prévention santé
Le maintien à domicile des séniors : un choix de vie 5

Le maintien à domicile des séniors : un choix de vie

Vieillir chez soi plutôt qu'en institution : c'est le choix de vie de la plupart des séniors français, qui aspirent à préserver leur indépendance, leur confort et leur lien social. Mais comment faire face aux difficultés que pose parfois le maintien à domicile quand les problèmes de santé commencent à peser ? Quelles sont les solutions pour favoriser le bien-être des séniors et les accompagner dans leur quotidien chez eux ? Découvrez ici les enjeux et les possibilités du maintien à domicile des séniors, ainsi que toutes les solutions qui sont possibles pour vieillir chez soi dans les meilleures conditions. Et comme vous allez le voir, cette éventualité est la plus courante chez les personnes âgées, contrairement aux idées reçues !
Conseils et prévention santé
Le harcèlement au travail : comment réagir ? 6

Le harcèlement au travail : comment réagir ?

Harcèlement moral, harcèlement sexuel, brimades à l’oral ou violence physique : l’environnement de travail n’est pas exempt de situations graves. En plus d’être pénalement répréhensibles, ces faits ont des conséquences sur la santé et l’avenir professionnel des victimes. Directement concerné ou témoin d’un harcèlement, que l’auteur soit l’employeur, un chef ou un collègue, comment réagir ? Vers qui se tourner ? Alerter la Direction, saisir la justice ? Cet article vous guide.  
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter