Guide de la vaccination chez l’enfant

4 décembre 2023

La vaccination chez l’enfant est une obligation pour éviter 11 maladies et permet de garantir sa santé et son bien-être. En France, le calendrier vaccinal est établi par les autorités sanitaires pour assurer une protection maximale contre les maladies infectieuses. Il distingue les vaccins obligatoires et ceux qui sont recommandés mais non obligatoires. Vous allez bientôt accoucher et vous vous posez des questions pour les vaccins de votre bébé ? Pour vous aider, voici la liste complète et les schémas de rappels associés.

vaccination

Quels sont les vaccins obligatoires chez les enfants ?

En France, 11 vaccins – dont certains sont combinés dans une même solution – sont obligatoires chez les nourrissons nés après le 1er janvier 2018. Ces vaccinations sont notamment exigées pour l’entrée en collectivité (crèche, école) et sont indispensables pour prévenir la propagation de maladies graves.

Les 11 vaccins obligatoires chez les enfants

  • Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite (DTP), combinés dans une même dose
  • Coqueluche
  • Haemophilus influenzae de type b (Hib)
  • Hépatite B
  • Pneumocoque
  • Méningocoque de sérogroupe C
  • Rougeole, Oreillons, Rubéole (ROR), combinés dans une même dose

Schéma de vaccination des vaccins obligatoires

Le rappel des vaccins est essentiel pour maintenir une protection adéquate tout au long de la vie. Voici comment se déroulent les rappels pour ces maladies* :

Vaccin contre la diphtérie

Pour les nourrissons, le vaccin contre la diphtérie comprend deux injections, administrées à l’âge de 2 mois et 4 mois, suivies d’un rappel à 11 mois.

Les rappels ultérieurs se déroulent de la manière suivante :

  • À 6 ans, puis entre 11 et 13 ans.
  • Pour les adultes : à 25 ans, 45 ans, 65 ans, puis tous les 10 ans  

Vaccin contre le tétanos

Chez les nourrissons, le vaccin contre le tétanos suit le même schéma que celui contre la diphtérie : deux injections à deux mois et quatre mois, suivies d’un rappel à 11 mois.

Les rappels pour le vaccin contre le tétanos sont également similaires à ceux de la diphtérie :

  • Rappels à 6 ans, puis entre 11 et 13 ans.
  • Pour les adultes : à 25 ans, 45 ans, et 65 ans, puis tous les 10 ans  

Par ailleurs, en cas de blessure, il faut vérifier la mise à jour du plan de vaccination. Si le calendrier de rappel du tétanos n’est pas à jour :

  • Pour une plaie mineure, il faut consulter son médecin pour administrer une dose de vaccin immédiatement, et les dates des rappels à venir seront alors rappelées.
  • En cas de blessure grave, un antidote contre le tétanos est administré pour une protection immédiate, suivie d’une dose de vaccin.  

Cette vigilance quant aux rappels et à la mise à jour du statut vaccinal est indispensable pour assurer une protection continue contre la diphtérie et le tétanos, deux maladies graves mais évitables par la vaccination.

Vaccin contre la poliomyélite

Le schéma de vaccination contre la poliomyélite est similaire à celui de la diphtérie et du tétanos chez les nourrissons : deux doses administrées à deux et quatre mois, suivies d’un rappel à 11 mois.

Les rappels pour le vaccin contre la poliomyélite sont programmés comme suit :

  • À 6 ans, puis entre 11 et 13 ans.
  • Pour les adultes : à 25 ans, 45 ans, et 65 ans, puis tous les 10 ans

Vaccin contre la coqueluche

La vaccination contre la coqueluche est aussi obligatoire pour les nourrissons nés après le 1er janvier 2018 et recommandée chez ceux nés avant cette date.

Le schéma vaccinal pour la coqueluche comprend :

  • Une injection à deux et quatre mois.
  • Un rappel à 11 mois.
  • Des rappels à 6 ans, entre 11 et 13 ans, et un rappel à 25 ans.

De plus, pour les adultes n’ayant pas reçu le rappel à 25 ans, un rattrapage est possible jusqu’à l’âge de 39 ans révolus.

La vaccination contre la coqueluche chez les adultes est devenue importante car elle permet de protéger les nourrissons non encore vaccinés, réduisant ainsi le risque de transmission de la maladie.

Cette stratégie de rappels et de vaccins associés vise à maintenir une immunité adéquate contre la coqueluche, à la fois chez les nourrissons et chez les adultes. Et cela, pour réduire la propagation de cette maladie hautement contagieuse et dangereuse, en particulier pour les jeunes enfants.

Les vaccinations facultatives

Elles ne sont pas obligatoires mais recommandées, c’est donc à chacun de prendre une décision pour son enfant, en suivant les recommandations de son médecin.

  • Tuberculose : bien que la vaccination contre la tuberculose (BCG) ne soit pas obligatoire en France, elle est recommandée dans certaines situations.
  • Méningocoque de sérogroupe B : en plus du vaccin contre le méningocoque de sérogroupe C (obligatoire), le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B est disponible et peut être recommandé dans certaines situations, selon un avis médical.
  • Varicelle : la vaccination contre la varicelle est recommandée pour prévenir cette infection virale hautement contagieuse, en particulier chez les enfants qui n’ont pas eu la maladie dans leur enfance.
  • Grippe : la vaccination antigrippale est recommandée chaque année, en particulier pour les enfants souffrant de maladies chroniques ou présentant un risque accru de complications.
  • Zona : bien que rare chez les enfants, la vaccination contre le zona peut être recommandée pour les personnes ayant un risque accru de développer cette maladie virale à l’âge adulte.
  • Infections à papillomavirus humains (HPV) : la vaccination HPV est recommandée chez les filles et les garçons dès 11 ans et jusqu’à 14 ans révolus, pour prévenir les infections et les cancers liés à ce virus.
  • Rotavirus : Ce vaccin protège contre les infections à rotavirus, une cause majeure de gastro-entérite sévère chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Pourquoi faut-il suivre le calendrier vaccinal pour son enfant ?

Il est essentiel de suivre le calendrier vaccinal recommandé par les autorités de santé pour protéger son enfant de maladies graves qui sont évitables. Dans le cas contraire, le nourrisson, puis l’enfant et l’adulte qu’il deviendra, pourrait être confronté à un virus ou à une infection menant à de graves complications et à une hospitalisation. Dans le pire des cas, certaines affections peuvent mener au décès.

Quand ont lieu les vaccinations ?

Les vaccinations sont administrées lors des visites médicales régulières chez le pédiatre ou le médecin traitant. Ces visites sont souvent l’occasion de discuter des vaccins recommandés, de répondre aux questions des parents et de s’assurer que l’enfant reçoit les doses nécessaires pour une protection adéquate.

Que risquez-vous si vous refusez de vacciner votre enfant ?

Les poursuites pénales pour non-vaccination n’existent plus. Cependant, si la santé de l’enfant est compromise ou si l’enfant en contamine un autre et le met en danger, les parents peuvent être poursuivis.

Il est important de noter que les vaccins sont sûrs et efficaces. Ils sont soumis à des contrôles rigoureux avant leur autorisation de mise sur le marché et sont continuellement surveillés pour garantir leur sécurité.

Conclusion

La vaccination chez l’enfant en France vise à prévenir les maladies infectieuses graves et à assurer la santé publique. En respectant le calendrier vaccinal recommandé, vous pouvez apporter à votre enfant une protection maximale contre un large éventail de maladies évitables par la vaccination. Car c’est seulement par une vaccination large de la population qu’elles ne pourront pas réapparaître !

Source : Assurance Maladie

À lire ensuite :

Lutter contre les problèmes de mémoire chez les seniors 1

Lutter contre les problèmes de mémoire chez les seniors

Les problèmes de mémoire ne sont pas une fatalité, même avec l'avancée en âge. Il existe des moyens de prévenir et de réduire les troubles de la mémoire, en adoptant une bonne hygiène de vie, en stimulant son cerveau et en surveillant sa santé. Il est également important de savoir distinguer les pertes de mémoire bénignes des signes d'une maladie neurodégénérative, qui nécessitent une prise en charge médicale.
Conseils et prévention santé
"La santé orale est intimement liée à la santé générale" 2

"La santé orale est intimement liée à la santé générale"

L’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire est née de la volonté de la profession et de ses instances de rassembler tous les chirurgiens-dentistes engagés en faveur de la prévention orale. Depuis plus de 57 ans, notre engagement en faveur de la promotion de la santé bucco-dentaire et de la prévention a naturellement donné à notre union une place singulière et pionnière.
Conseils et prévention santé
Arrêts et stationnements : toutes les règles à connaître et conséquences 3

Arrêts et stationnements : toutes les règles à connaître et conséquences

Que l’on soit un jeune conducteur ou ayant un permis datant de quelques décennies, le Code de la route peut sembler être une chose entendue. Mais les sujets les plus simples ont parfois besoin d’une piqûre de rappel. C’est notamment le cas des arrêts et stationnements. Ainsi, comment vous arrêter et vous stationner dans les règles de l'art, sans gêner la circulation ni risquer une contravention ? Découvrez ici les différents types de panneaux indicateurs, les règles à connaître selon les situations et les conséquences en cas d'infraction.
Conseils et prévention routière
Actifs : Troubles psychiques quels sont les facteurs de risques et quelle prise en charge ? 4

Actifs : Troubles psychiques quels sont les facteurs de risques et quelle prise en charge ?

Ces dernières années, les multiples crises qui se sont succédé depuis celle du Covid 19 ont laissé de nombreuses traces psychologiques parmi la population. Pourtant, la santé mentale reste taboue, voire stigmatisée. Ainsi, selon une étude Ipsos dévoilée en 2024, 78% des Français considèrent qu’elle est aussi importante que la santé physique, mais seulement 34% estiment que les deux sont traitées de la même manière par le système de santé. Regardons ici quels sont les troubles psychiques les plus fréquents chez les actifs, quelles en sont les causes et les conséquences sur la vie quotidienne, et comment se faire aider.
Conseils et prévention santé
Tout savoir sur le trouble du déficit de l’attention 5

Tout savoir sur le trouble du déficit de l’attention

Vous avez remarqué que votre enfant a du mal à se concentrer, à rester en place, à suivre les consignes à l’école ou chez vous ? Il est peut-être atteint du trouble du déficit de l'attention (TDA), avec ou sans hyperactivité (TDAH)*. Mais nous disons bien « peut-être », car seuls des examens peuvent le déterminer. Abondamment commenté sur les réseaux sociaux, ce trouble touche environ 5% des enfants et peut avoir des répercussions importantes sur le développement, la scolarité et la vie sociale de votre enfant. Mais il existe des solutions pour l'aider à mieux vivre avec son trouble et à réussir à l’école malgré cela. Voici un guide pour poser les bases et avancer avec votre enfant dans cette voie s’il est concerné !
Conseils et prévention santé
Les dépistages conseillés après 50 ans 6

Les dépistages conseillés après 50 ans

Même si la maladie peut toucher à tout âge, la cinquantaine est une période charnière pour prendre particulièrement soin de soi. C’est en effet à cet âge que le risque augmente, notamment s’agissant du cancer et des maladies cardiovasculaires. Parmi les actions de prévention, les dépistages sont essentiels pour détecter à temps des maladies aux conséquences parfois fatales.  Les chiffres le montrent : profiter des dépistages réguliers, de manière organisée et gratuite, diminue drastiquement les risques de mortalité.
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter