Comment prévenir l’obésité chez les enfants ?

10 janvier 2023

Enjeu de santé publique, l’obésité chez les enfants représente un risque pour leur santé future. En raison du manque d’activité physique, d’une alimentation mal adaptée ou d’une santé mentale fragile, le risque de grossir est élevé. En tant que parents, grands-parents ou accompagnateurs de jeunes enfants en surpoids, vous pouvez agir pour que la courbe diminue et qu’ils se sentent bien avant tout. Découvrez ici comment détecter un surpoids infantile et agir pour un rapport sain avec la nourriture.

obésité enfant
Crédits : Stocklib

Détecter le risque de surpoids chez les enfants

Chaque année, en janvier, est organisée la Journée du dépistage de l’obésité infantile. Cette action s’appuie sur des données qui restent trop élevées. Selon les derniers chiffres disponibles de l’Assurance Maladie, 17 % des enfants de 6 à 17 ans étaient en surpoids dont 3,9 % en situation d’obésité en 2015. A l’âge adulte, la moitié de la population connaît un surpoids (54 % parmi les hommes, et 44 % parmi les femmes).

Or c’est justement dans les premières années de la vie, puis à l’adolescence, que se joue la santé future. En réduisant les risques, vous pouvez nettement améliorer la vie d’adulte des enfants. Mais, pour y parvenir, il est essentiel de comprendre les mécanismes de la prise de poids. Le plus difficile sans doute est aussi de ne pas en faire une obsession pour soi-même et pour l’enfant, au risque de l’entraîner dans des régimes yo-yo contreproductifs.

Pourquoi les enfants grossissent-ils ?

La prise de poids chez les enfants provient de causes multiples, lesquelles se croisent le plus souvent. Voici les principales.

Le manque d’activité physique

Si tous les enfants sédentaires ne grossissent pas, le fait de rester devant des écrans toute la journée au lieu de sortir pour jouer ou de pratiquer une activité physique est un facteur de surpoids. Lorsque le manque d’activité s’accompagne de grignotage, le cocktail entraîne systématiquement une augmentation de la masse graisseuse.

D’après les chiffres de l’Observatoire Nationale de l’Activité Physique et de la Sédentarité, le manque d’activité (moins de 60 minutes par jour) concerne :

  • 37 % des enfants de 6 à 10 ans
  • 73 % des jeunes de 11 à 17 ans

La nourriture consolatrice

Pour calmer ses angoisses ou chercher un remède à l’ennui, de nombreux enfants se tournent vers la nourriture, souvent riche. Car, dans leur esprit – et comment leur en vouloir ? – mieux vaut de la pâte à tartiner qu’une pomme pour se remonter le moral.

L’environnement familial et social

Le facteur sociologique est aussi très important. Les enfants qui grandissent dans une famille où la nourriture n’est pas suffisamment variée, riche en fruits et en légumes, ont tendance à grossir. Selon l’Assurance Maladie, les enfants d’ouvriers sont 4 fois plus touchés par l’obésité que les enfants de cadres.

Le manque de moyens, notamment en période d’inflation, explique le plus souvent cet écart. D’autres éléments concourent par ailleurs au surpoids : des conditions de vie difficiles pour l’enfant qui génèrent un stress, lui-même vecteur d’une alimentation déséquilibrée et du grignotage.

Les raisons médicales et physiologiques

N’oublions pas que la prise de poids peut aussi être liée à des problèmes de santé, comme un dysfonctionnement hormonal, ou par un traitement médicamenteux. Il est donc fondamental de prendre en considération l’ensemble de la vie de l’enfant pour comprendre les causes, et non se focaliser sur l’alimentation.

Quelles sont les conséquences du surpoids chez les enfants et les adolescents ?

Le surpoids chez les enfants et les adolescents est souvent le terreau de moqueries de la part de leurs camarades et de la société. Parfois, le regard désapprobateur des enseignants et même de certains professionnels de santé – qui manquent de bienveillance -, génère une forte mésestime de soi. Celle-ci peut entraîner des conséquences graves sur le bien-être mental, notamment à l’adolescence.

⚠L’obésité ne peut en aucun cas justifier qu’un enfant soit pris à partie ou harcelé à l’école et souffre ce que l’on appelle la « grossophobie », autrement dit la stigmatisation des personnes en surpoids. Alertez le corps enseignant si tel est le cas, même en cas de simple doute.

Mais l’obésité chez les enfants génère avant tout des problèmes de santé qui peuvent survenir tôt à l’âge adulte si le poids ne retrouve pas une courbe « normale » -autrement dit qui se situe dans un écart d’IMC* situé entre 18,5 et 25) :

  • Maladies cardiovasculaires
  • Problématiques articulaires
  • Difficultés respiratoires
  • Diabète de type 2
  • Accroissement du risque de survenue de certains cancers

👉A lire aussi, notre article sur l’obésité chez les séniors

Comment agir contre l’obésité infantile ?

L’obésité infantile s’impose aujourd’hui comme un problème de santé croissant dans les pays industrialisés. Pour les parents et les proches des enfants (nounou, frères et sœurs, accompagnants scolaires et extrascolaires), la prise en charge des enfants commence par la prévention :

  1. Favorisez une alimentation équilibrée : les enfants ont besoin d’un régime alimentaire riche en fruits, légumes, protéines et céréales complètes pour rester en bonne santé. À l’inverse, il faut limiter les produits alimentaires transformés, riches en sucre, en gras et pauvres en nutriments.
  2. Encouragez l’activité physique : les enfants ont besoin de bouger et de s’amuser pour rester en bonne santé physique et mentale. Il faut non seulement les encourager, mais aussi participer avec eux à une activité physique régulière, telle que jouer dans le parc, faire du vélo ou pratiquer un sport en équipe.
  3. Établissez des limites : le grignotage, le temps passé devant les écrans sont des facteurs de surpoids, si bien qu’un cadre est nécessaire pour les heures des repas et du goûter. De même, le temps passé à l’extérieur ne doit pas être négociable.
  4. Éduquez les enfants à l’alimentation : les enfants ont besoin de comprendre les bénéfices de de préférer tel ou tel choix alimentaire pour leur bien-être. Pour cela, n’hésitez pas à faire du repas un moment d’échanges sur les différents types d’aliments.
  5. Soyez un bon modèle ! Les enfants apprennent par l’exemple et les parents ont un rôle important à jouer en tant que modèles de santé. Si vous restez chez vous devant un écran quand le soleil pointe le bout de son nez, ou que vous mangez de manière excessive, n’espérez pas convaincre votre fils ou votre fille du contraire ! À l’inverse, avoir de bonnes habitudes alimentaires et pratiquer un sport permettent d’instiller de bons réflexes chez les enfants.

⚠Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse qui consiste à penser à la nourriture saine en permanence. Pour un enfant, comme pour un adulte, faite attention à manger équilibré signifie aussi se faire plaisir de temps en temps, sans avoir à penser à la balance à temps complet. Un trop-plein d’attention portée à son régime alimentaire porte même un nom : « l’orthorexie ».

Consultez si nécessaire

Si de nouvelles habitudes ne parviennent pas à faire baisser le poids de l’enfant, une consultation chez un médecin généraliste est indispensable. En fonction de la courbe du poids, il pourra vous orienter vers un nutritionniste qui pourra mieux adapter ses habitudes alimentaires.

*Rappel : l’IMC, l’indice de masse corporelle

Pour calculer l’IMC, il faut :

Diviser le poids en kg par la taille en mètre

Par exemple :

30kg /1m40 = IMC de 21.43

Déterminé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’IMC indique si une personne, adulte ou enfant présente :

une insuffisance pondérale  Inférieur à 18,5
une corpulence normale  18,5 à 25
un surpoids  25 à 30
une obésité  IMC supérieur à 30

Par la mise en place des bonnes pratiques au bon moment, les parents peuvent ainsi prévenir l’obésité infantile et protéger la santé de leur enfant à long terme. Cependant, n’oubliez pas que chaque individu a une morphologie et des besoins différents, d’où la nécessité d’agir au cas par cas et d’être accompagné par des professionnels de santé si nécessaire.

À lire ensuite :

Lutter contre les problèmes de mémoire chez les seniors 1

Lutter contre les problèmes de mémoire chez les seniors

Les problèmes de mémoire ne sont pas une fatalité, même avec l'avancée en âge. Il existe des moyens de prévenir et de réduire les troubles de la mémoire, en adoptant une bonne hygiène de vie, en stimulant son cerveau et en surveillant sa santé. Il est également important de savoir distinguer les pertes de mémoire bénignes des signes d'une maladie neurodégénérative, qui nécessitent une prise en charge médicale.
Conseils et prévention santé
"La santé orale est intimement liée à la santé générale" 2

"La santé orale est intimement liée à la santé générale"

L’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire est née de la volonté de la profession et de ses instances de rassembler tous les chirurgiens-dentistes engagés en faveur de la prévention orale. Depuis plus de 57 ans, notre engagement en faveur de la promotion de la santé bucco-dentaire et de la prévention a naturellement donné à notre union une place singulière et pionnière.
Conseils et prévention santé
Arrêts et stationnements : toutes les règles à connaître et conséquences 3

Arrêts et stationnements : toutes les règles à connaître et conséquences

Que l’on soit un jeune conducteur ou ayant un permis datant de quelques décennies, le Code de la route peut sembler être une chose entendue. Mais les sujets les plus simples ont parfois besoin d’une piqûre de rappel. C’est notamment le cas des arrêts et stationnements. Ainsi, comment vous arrêter et vous stationner dans les règles de l'art, sans gêner la circulation ni risquer une contravention ? Découvrez ici les différents types de panneaux indicateurs, les règles à connaître selon les situations et les conséquences en cas d'infraction.
Conseils et prévention routière
Actifs : Troubles psychiques quels sont les facteurs de risques et quelle prise en charge ? 4

Actifs : Troubles psychiques quels sont les facteurs de risques et quelle prise en charge ?

Ces dernières années, les multiples crises qui se sont succédé depuis celle du Covid 19 ont laissé de nombreuses traces psychologiques parmi la population. Pourtant, la santé mentale reste taboue, voire stigmatisée. Ainsi, selon une étude Ipsos dévoilée en 2024, 78% des Français considèrent qu’elle est aussi importante que la santé physique, mais seulement 34% estiment que les deux sont traitées de la même manière par le système de santé. Regardons ici quels sont les troubles psychiques les plus fréquents chez les actifs, quelles en sont les causes et les conséquences sur la vie quotidienne, et comment se faire aider.
Conseils et prévention santé
Tout savoir sur le trouble du déficit de l’attention 5

Tout savoir sur le trouble du déficit de l’attention

Vous avez remarqué que votre enfant a du mal à se concentrer, à rester en place, à suivre les consignes à l’école ou chez vous ? Il est peut-être atteint du trouble du déficit de l'attention (TDA), avec ou sans hyperactivité (TDAH)*. Mais nous disons bien « peut-être », car seuls des examens peuvent le déterminer. Abondamment commenté sur les réseaux sociaux, ce trouble touche environ 5% des enfants et peut avoir des répercussions importantes sur le développement, la scolarité et la vie sociale de votre enfant. Mais il existe des solutions pour l'aider à mieux vivre avec son trouble et à réussir à l’école malgré cela. Voici un guide pour poser les bases et avancer avec votre enfant dans cette voie s’il est concerné !
Conseils et prévention santé
Les dépistages conseillés après 50 ans 6

Les dépistages conseillés après 50 ans

Même si la maladie peut toucher à tout âge, la cinquantaine est une période charnière pour prendre particulièrement soin de soi. C’est en effet à cet âge que le risque augmente, notamment s’agissant du cancer et des maladies cardiovasculaires. Parmi les actions de prévention, les dépistages sont essentiels pour détecter à temps des maladies aux conséquences parfois fatales.  Les chiffres le montrent : profiter des dépistages réguliers, de manière organisée et gratuite, diminue drastiquement les risques de mortalité.
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter