L’addiction aux écrans chez les jeunes, risques et prévention

13 avril 2022

Beaucoup de parents s’inquiètent de voir leurs enfants, en particulier les adolescents et les jeunes adultes, en permanence rivés à un écran. Car aux ordinateurs se sont ajoutés les smartphones et les tablettes dont le temps d’utilisation ne cesse d’augmenter. Pour autant l’addiction aux écrans est-elle une réalité médicale ? Quelles sont les signes qui peuvent alerter sur une trop grande consommation numérique ? Et enfin, comment agir dans le bon sens ? Voici ce que vous devez savoir.

L’addiction aux écrans chez les jeunes, risques et prévention 1
Source : Stocklib

L’addiction aux écrans est-elle un problème de santé publique ?

Il faut avant tout faire la part des choses quant au terme « addiction aux écrans ». L’addiction, dans le domaine médical, est une pathologie dont les effets sur la santé physique et mentale sont importants. Ainsi, l’addiction aux drogues et à l’alcool entraîne des difficultés à la fois physiologiques, physiques et morales difficilement comparables aux effets produits par une trop grande utilisation des écrans.

Pour autant, l’usage incontrôlé ou trop précoce des écrans chez des enfants et des jeunes en pleine construction est un problème de santé publique quand elle entraîne selon l’Académie Nationale de Médecine :

  • Un retard d’apprentissage
  • Une modification de leur capacité d’attention
  • Des troubles du sommeil
  • Des troubles oculaires
  • Parfois une prise de poids car les écrans rendent sédentaire

Toutes ces conséquences en génèrent d’autres dans leur sillage, à commencer par les difficultés scolaires et sociales.

Le plan d’action du gouvernement « Pour un usage raisonné des écrans par les jeunes et les enfants »

Conscient de l’importance de ce sujet, le gouvernement a mis en place le 7 février 2022 un plan d’action, fruit d’une collaboration entre plusieurs ministères, visant à mieux encadrer l’usage des écrans chez les enfants et les jeunes. Il comporte des actions phares, dont le développement dans les territoires « d’ateliers de la parentalité numérique » grâce à un réseau d’associations, et le développement des compétences numériques des élèves dès le CM1 par le biais de la plateforme Pix.

La différence entre l’utilisation des écrans et une forme d’addiction des jeunes à ceux-ci

Certains adultes, par leur métier principalement, doivent avoir les yeux sur des écrans toute la journée. Ils peuvent même les utiliser pour se détendre, par exemple en regardant un film ou une série sur une plateforme de streaming. Leur consommation d’écran est donc importante, soit au moins 8 heures par jour. Néanmoins, on ne parle pas d’addiction aux écrans en tant que telle, sauf quand cela concerne les jeux en ligne ou l’addiction à la pornographie par exemple.

À l’inverse, des adolescents et des jeunes qui préfèrent passer leur temps sur leur ordinateur ou leur smartphone, au lieu d’étudier, de faire du sport ou de rencontrer leurs amis, sont autant d’indices d’une possible « intoxication » aux écrans qui peut leur être préjudiciable. Par peur de manquer une information ou pour s’évader dans un autre monde grâce aux jeux vidéo, ils peuvent devenir hermétiques à la réalité qui les entoure.

Quelle est la place des écrans dans la vie des adolescents ?

L’écran a une place centrale dans la vie des adolescents, et plus particulièrement le smartphone qui les relie à tout. À la fois outil de sociabilisation, de jeux, et de réponse à tout, il est comme le prolongement de leur main.

Or les écrans représentent aussi des dangers, et pas seulement quant au temps qui est passé dessus, mais de leur type d’utilisation :

  • Ainsi, les adolescents qui utilisent trop souvent les écrans peuvent développer des troubles anxieux ou une mésestime d’eux-mêmes à cause des réseaux sociaux qui leur renvoient une image parfaite impossible à atteindre (pour 5 % des garçons et 11 % des filles), ou en raison d’un cyberharcèlement, parfois directement lié au harcèlement scolaire
  • L’utilisation de l’écran peut aussi conduire au visionnage d’images violentes et perturbantes en raison d’un accès trop facilité à des sites peu recommandables
  • Les écrans sont aussi susceptibles d’entraîner des relations avec des personnes qui cherchent à nuire ou à abuser des adolescent(e)s, autrement dit des mauvaises rencontres qui ne sont pourtant pas si virtuelles
  • Les écrans sont aussi le reflet d’un autre type d’addictions qui concernent certains jeunes : les jeux d’argent dont les paris sportifs par exemple, alors que cela est interdit aux moins de 18 ans
  • Enfin, les jeux vidéo qui peuvent devenir un problème, ce qui est le cas pour 1 jeune sur 8

Bien sûr, cela ne concerne pas tous les adolescents. Mais l’accès à des images qui ne sont pas de leur âge, sans que les parents ne le sachent, est malgré tout largement partagé, comme s’agissant de pornographie à des âges très précoces ou de contenus violents. D’où l’importance de garder un œil sur le contenu consulté par les adolescents, lorsque leur âge le permet encore.

Peut-on consulter un médecin généraliste pour l’addiction aux écrans ?

Il peut être difficile de consulter un généraliste pour lui parler d’une possible addiction aux écrans de son enfant. Pour autant, lorsque votre enfant est encore jeune, vous pouvez soumettre cette problématique à votre médecin généraliste, qui peut lui-même vous envoyer vers un spécialiste.

Par ailleurs, vous pouvez bien évidemment consulter un généraliste lorsque votre enfant a des troubles du sommeil ou des difficultés scolaires et que vous soupçonnez une addiction aux écrans. Votre médecin peut vous aider à faire un bilan de la situation et à prendre certaines mesures. Là encore, il vous conseillera éventuellement un spécialiste de la question.

Que faire pour que ses enfants ne soient pas « accros » aux écrans ?

Dans un monde ultra connecté, il n’est pas facile pour les parents d’interdire à leurs enfants d’utiliser les écrans. Néanmoins, comme le conseille l’Académie de Médecine, les tout petits sont particulièrement exposés et nécessitent une attention particulière, à la fois sur leur comportement face aux écrans… et celui des adultes.

  • Ainsi, avant 3 ans, il ne faut pas laisser un enfant seul avec un écran, mais encourager l’interactivité avec les parents, par exemple avec des jeux éducatifs et d’éveil, de manière raisonnée et en complément des autres types de jeux
  • De 3 à 10 ans, l’organisation conseille de fixer des rituels propres à l’utilisation des écrans dans la maison pour faciliter une forme d’autorégulation. Il s’agit aussi de ne pas acheter un écran pour un enfant, mais pour la famille, de sorte à en faire un outil de partage et non solitaire
  • Après 10 ans, c’est l’usage raisonné qui doit être la règle avec des moments où l’écran est un outil de travail ou un outil de divertissement 

Par ailleurs, parler des écrans avec les enfants est très important pour leur donner les clés d’un usage raisonné qui doit aussi s’accompagner d’une même discipline chez les parents ! Il ne faut pas rendre les écrans (et ce que l’on en fait) tabous, mais être dans un dialogue constant. De cette façon, les adolescents sont plus enclins à parler d’un problème qu’ils peuvent rencontrer à cause des écrans ou par le prisme de ceux-ci. Car chez les jeunes, le principal risque des écrans est de s’enfermer dans une bulle numérique et de s’éloigner de ses parents et de la « vraie vie ».

L’addiction aux écrans est donc une problématique sérieuse qui concerne la santé physique et mentale des jeunes. D’où la nécessité de prévenir dès la petite enfance ou de prendre le sujet à bras le corps s’il se présente.

À lire ensuite :

L'importance de créer du lien social et de rompre l'isolement des seniors 2

L'importance de créer du lien social et de rompre l'isolement des seniors

Depuis la canicule de 2003, la question de l’isolement des personnes âgées est plus présente dans l’actualité. Cependant, malgré les efforts qui ont été faits pour ne pas laisser un senior sans ou avec pas de contacts au quotidien, de nombreuses disparités existent. Il est néanmoins possible d’aider une personne âgée à rompre son isolement ou à l’éviter en amont. Cela est d’autant plus important qu’en France, d’ici 2070, 13.7 millions de personnes auront plus de 75 ans.
Actualités
Les dangers du tabac et des puffs chez les jeunes  3

Les dangers du tabac et des puffs chez les jeunes 

fureur chez les adolescents. Les dérivés des cigarettes électroniques, les « puffs », aux goûts aussi variés que les produits présents sur un étal de primeur ou chez marchand de bonbons, ont aussi des conséquences sur la santé des adolescents. Faisons le point sur ces produits disponibles en boutique spécialisée ou en bureau de tabac et sur ce que risquent les jeunes en fumant ces « puffs » a priori inoffensifs.
Actualités
Les bienfaits de la médecine douce 4

Les bienfaits de la médecine douce

orsqu’elle est accompagnée de conseils de professionnels de santé, la médecine douce peut apporter des bienfaits sur le bien-être général. Certains domaines sont même remboursés par la mutuelle en raison de leurs effets bénéfiques. Quels sont-ils et comment profiter au mieux de leurs avantages pour se sentir en meilleure forme ? Voici nos conseils notamment dédiés à l’ostéopathie, la chiropraxie (ou chiropractie), la psychomotricité, la psychologie et la kinésiologie, ainsi que les erreurs à éviter.
Actualités
Accidents domestiques chez les seniors : comment les éviter ? 5

Accidents domestiques chez les seniors : comment les éviter ?

Les accidents domestiques concernent toute la population. Cependant, les seniors, en raison de leur vulnérabilité physique et parfois cognitive, sont particulièrement exposés à divers phénomènes dangereux. Le domicile n’est en effet pas un lieu où la sécurité est optimale, contrairement à ce que l’on croit. Un oubli ou une mauvaise manipulation peuvent mener à des petits bobos ou à de grandes catastrophes. Voici donc comment éviter que cela se produise.
Actualités
La santé mentale des jeunes : une importance capitale pour l’avenir 6

La santé mentale des jeunes : une importance capitale pour l’avenir

Jamais la santé mentale des jeunes n’avait autant fait parler d’elle. À l’adolescence puis en tant que jeunes adultes, celle-ci peut être affectée de différentes manières alors que les personnalités se construisent, s’affirment ou se sentent perdues. Ce moment charnière de leur vie future peut ainsi être touché par les troubles anxieux, la dépression et des pensées suicidaires qui doivent être pris au sérieux. Les parents, mais aussi les proches et le corps enseignant, ont leur rôle à jouer pour les aider. Plus largement, il est important pour chaque jeune de comprendre que sa santé mentale est aussi importante que sa santé physique, et qu’elle se cultive elle aussi.
Actualités
10 questions pour tester ses aptitudes au code de la route 7

10 questions pour tester ses aptitudes au code de la route

Après quelques années au compteur, il est parfois difficile de savoir quel est son niveau de conduite. Certes, le Code de la Route n’a pas beaucoup changé, si ce n’est que l’on est passé en 2016 de 648 à 1000 questions, mais la mémoire peut faire défaut. Pour vous aider à comprendre si vous avez encore toutes les connaissances et les aptitudes pour conduire en toute sécurité, voici 10 questions à vous poser !
Actualités

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Contactez un conseiller dédié
    Retrouvez-nous dans nos agences

    Boulogne-Billancourt 92100
    9, rue de Clamart
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
    sans interruption

    Le Mans 72100
    314, boulevard Demorieux
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

    Agences dédiées aux salariés Renault

    Guyancourt – 78280
    La Ruche – Connecteur 6 A
    Ouvert de 8h à 16h15
    sans interruption

    Le Plessis-Robinson – 92350
    Bâtiment Novadis – Module 4
    Connecteur Blanc
    Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi