Accidents domestiques chez les seniors : comment les éviter ?

2 novembre 2022

Les accidents domestiques concernent toute la population. Cependant, les seniors, en raison de leur vulnérabilité physique et parfois cognitive, sont particulièrement exposés à divers phénomènes dangereux. Le domicile n’est en effet pas un lieu où la sécurité est optimale, contrairement à ce que l’on croit. Un oubli ou une mauvaise manipulation peuvent mener à des petits bobos ou à de grandes catastrophes. Voici donc comment éviter que cela se produise.

accidents domestiques seniors
Source : Stocklib

Contexte et chiffres des accidents domestiques chez les seniors

Selon l’Enquête Permanente sur les Accidents de la Vie Courante (EPAC), les accidents domestiques surviennent à plus forte fréquence à partir de 60 ans. A titre d’exemple, les personnes âgées entre 60 et 64 ans pratiquaient une activité domestique à 19,6 % lorsque l’accident est survenu, alors que ce n’était que 17 % à 59 ans. Cela ne fait ensuite que se stabiliser jusqu’à 75 ans. Après cela, les activités domestiques à proprement parler sont moins concernées : ce sont les accidents lors de la marche qui occasionnent le plus d’accidents (59,3 %), un fait établi pour toutes les catégories d’âges.

C’est ainsi que les chutes comptent pour 54,3 % des cas d’accidents, qu’ils aient lieu à domicile ou en dehors. Chez les personnes âgées, elles entraînent à elles seules 10 000 décès par an et 100 000 hospitalisations.

Or les accidents domestiques sont d’autant plus délicats chez les personnes âgées qu’elles se trouvent souvent dans une situation d’isolement. Un senior seul chez lui ou un couple peuvent être victimes d’une chute, d’une brûlure ou d’un départ d’incendie.

Quels sont les risques des accidents domestiques pour les seniors ?

Les seniors sont concernés par une fragilité, accompagnée parfois d’une fatigue, qui entraîne un surrisque en cas d’accident. Regardons, pour chaque type d’événement, quelles conséquences ils peuvent engendrer.

La chute

Qui n’a jamais entendu parler d’une personne âgée qui, après une chute, a dû être hospitalisée puis transférée en EHPAD ? Ce sont hélas des événements qui arrivent régulièrement dès que la perte d’autonomie est décelée.  

Certes, il peut aussi arriver que ce choix n’attende pas une chute. Pour autant, éviter que cela n’arrive après un accident et perturbe le quotidien de la personne âgée est un moyen qu’elle reste plus longtemps chez elle si cela est son souhait.

De plus, les chutes chez les personnes âgées sont autrement plus dommageables que des personnes jeunes. Ainsi, les membres et les os sont moins résistants, la peau est fragile. Autrement dit, en plus de la douleur de la chute, peuvent survenir des cassures (celle du col du fémur par exemple) ainsi que des plaies qui cicatrisent moins vite. En plus d’une possible infection, cela peut aller jusqu’à l’ulcère.

Pour diminuer les chutes et ses conséquences sur la santé des personnes âgées, le ministère de la Santé et des Solidarités a annoncé un plan antichute en février 2022 avec 5 axes :

  1. Repérer les risques de chutes et alerter
  2. Aménager les logements
  3. Apporter des aides techniques à la mobilité
  4. Promouvoir l’activité physique
  5. La mise en place de la téléassistance pour tous

La brûlure

Bien que beaucoup moins courantes que les chutes, les brûlures (en cuisinant ou en faisant du bricolage) ont d’importantes conséquences sur la santé des seniors. Comme chez les enfants, les personnes âgées peuvent par ailleurs souffrir de complications.

Par exemple, plus la brûlure est étendue, plus le risque d’une déshydratation est élevé. De la même façon, les brûlures peuvent plus facilement s’infecter, puis se propager au sang par une septicémie, jusqu’au décès. Elles sont aussi propices à l’apparition de croûtes et d’escarres, elles aussi dangereuses pour l’oxygénation du sang.

A noter : les brûlures sont aussi parfois le signe d’une maltraitance chez les personnes âgées décelée par les médecins.

L’étouffement

Lorsqu’une personne âgée semble s’étouffer, il faut y être attentif évidemment sur le coup, mais aussi a posteriori. Cet événement peut être la conséquence ou le témoin d’un enjeu plus large : le trouble de la déglutition. Avec la perte des réflexes et parfois une dentition déficiente, les seniors peuvent avoir du mal à faire descendre les liquides et la nourriture dans l’œsophage. Le risque d’étouffement est alors important.

En tant que proche ou aidant, comment éviter les accidents domestiques des seniors ?

Vous êtes un proche, un aidant, un/une aide à domicile et vous cherchez comment protéger les personnes âgées dont vous avez la charge ? Sachez qu’il existe de nombreuses astuces qui, bien qu’elles ne garantissent pas à 100 % la fin des chutes ou d’autres accidents, ont le mérite de limiter les risques. Il s’agit principalement d’adapter le logement, mais pas forcément avec des aménagements coûteux :

  • Améliorer l’éclairage des pièces : une lumière insuffisante ou mal adaptée entraîne une mauvaise visibilité, elle-même générant un risque élevé de chute. Pour chaque pièce, il est donc important de placer des ampoules (LED) à lumière blanche, suffisamment fortes et peu consommatrices d’énergie.
  • Fixer l’interrupteur afin qu’il soit accessible près du lit : beaucoup de personnes âgées chutent en se relevant la nuit car elles ne trouvent pas l’interrupteur. Il faut donc le fixer, soit au mur, soit sur la table de chevet pour qu’il soit immédiatement à leur portée.
  • Vérifier l’installation électrique : notamment s’agissant des multiprises et autres branchements parfois hasardeux qui peuvent entraîner des départs de feu.
  • Retirer les tapis et tout ce qui empêche une bonne circulation dans le logement : les tapis, en plus d’être des nids à poussière et à allergie, sont aussi des pièges pour les personnes âgées. De la même façon, il est important de vérifier que les lattes du plancher ne sont pas relevées ou que d’autres obstacles pourraient occasionner des chutes dans l’habitation. Dans les intérieurs parfois encombrés, il peut aussi être nécessaire de faire du tri pour, là encore, éviter les chutes.
  • Equiper la douche d’une barre d’appui et d’un tapis antidérapant : en principe, les bacs de douche récents sont traités mais même dans ce cas, un tapis est essentiel pour les personnes âgées. Quant à la barre d’appui, elle peut s’installer facilement. Sachez par ailleurs qu’il existe des solutions pour subventionner ce type d’équipement.
  • Ranger les objets à bonne hauteur et rendez-les facilement accessibles : téléphone, télécommande, tablette pour les seniors connectés, sont autant d’objets indispensables pour beaucoup. Ils doivent être toujours à la même place, sans qu’un obstacle empêche par exemple d’aller décrocher.
  • Vérifier les accessoires de cuisine : les poêles et les casseroles sont des objets parfois dangereux si la poignée n’est pas suffisamment solide. Il peut en résulter de graves brûlures.

Si la maison n’est pas un danger permanent, elle est malgré tout le lieu où les accidents sont nombreux et parfois graves. Or les personnes âgées sont, avec les enfants, les principales victimes des accidents domestiques. Sans pour autant les infantiliser, il est essentiel de favoriser une circulation simple ainsi que des appuis, rapprocher les objets les plus courants, et enfin éclairer au maximum. Lorsque cela ne suffit pas, il devient nécessaire de faire appel à des professionnels pour aménager les lieux ou, dans le cas d’une perte d’autonomie, se résoudre à un placement dans un établissement de santé adapté.

À lire ensuite :

L'importance de créer du lien social et de rompre l'isolement des seniors 1

L'importance de créer du lien social et de rompre l'isolement des seniors

Depuis la canicule de 2003, la question de l’isolement des personnes âgées est plus présente dans l’actualité. Cependant, malgré les efforts qui ont été faits pour ne pas laisser un senior sans ou avec pas de contacts au quotidien, de nombreuses disparités existent. Il est néanmoins possible d’aider une personne âgée à rompre son isolement ou à l’éviter en amont. Cela est d’autant plus important qu’en France, d’ici 2070, 13.7 millions de personnes auront plus de 75 ans.
Actualités
Les dangers du tabac et des puffs chez les jeunes  2

Les dangers du tabac et des puffs chez les jeunes 

fureur chez les adolescents. Les dérivés des cigarettes électroniques, les « puffs », aux goûts aussi variés que les produits présents sur un étal de primeur ou chez marchand de bonbons, ont aussi des conséquences sur la santé des adolescents. Faisons le point sur ces produits disponibles en boutique spécialisée ou en bureau de tabac et sur ce que risquent les jeunes en fumant ces « puffs » a priori inoffensifs.
Actualités
Les bienfaits de la médecine douce 3

Les bienfaits de la médecine douce

orsqu’elle est accompagnée de conseils de professionnels de santé, la médecine douce peut apporter des bienfaits sur le bien-être général. Certains domaines sont même remboursés par la mutuelle en raison de leurs effets bénéfiques. Quels sont-ils et comment profiter au mieux de leurs avantages pour se sentir en meilleure forme ? Voici nos conseils notamment dédiés à l’ostéopathie, la chiropraxie (ou chiropractie), la psychomotricité, la psychologie et la kinésiologie, ainsi que les erreurs à éviter.
Actualités
La santé mentale des jeunes : une importance capitale pour l’avenir 4

La santé mentale des jeunes : une importance capitale pour l’avenir

Jamais la santé mentale des jeunes n’avait autant fait parler d’elle. À l’adolescence puis en tant que jeunes adultes, celle-ci peut être affectée de différentes manières alors que les personnalités se construisent, s’affirment ou se sentent perdues. Ce moment charnière de leur vie future peut ainsi être touché par les troubles anxieux, la dépression et des pensées suicidaires qui doivent être pris au sérieux. Les parents, mais aussi les proches et le corps enseignant, ont leur rôle à jouer pour les aider. Plus largement, il est important pour chaque jeune de comprendre que sa santé mentale est aussi importante que sa santé physique, et qu’elle se cultive elle aussi.
Actualités
10 questions pour tester ses aptitudes au code de la route 5

10 questions pour tester ses aptitudes au code de la route

Après quelques années au compteur, il est parfois difficile de savoir quel est son niveau de conduite. Certes, le Code de la Route n’a pas beaucoup changé, si ce n’est que l’on est passé en 2016 de 648 à 1000 questions, mais la mémoire peut faire défaut. Pour vous aider à comprendre si vous avez encore toutes les connaissances et les aptitudes pour conduire en toute sécurité, voici 10 questions à vous poser !
Actualités
Seniors : 4 moyens de préserver ses fonctions cognitives 6

Seniors : 4 moyens de préserver ses fonctions cognitives

S’il est important, tout au long de sa vie, de stimuler ses fonctions cognitives, il arrive un âge où celles-ci peuvent diminuer. Or, le fait d’avoir un cerveau parfaitement alerte contribue à un vieillissement dans les meilleures conditions. Voici tout ce que vous devez savoir sur les fonctions cognitives et comment faire pour les préserver sur tous les plans.
Actualités
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Contactez un conseiller dédié
    Retrouvez-nous dans nos agences

    Boulogne-Billancourt 92100
    9, rue de Clamart
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
    sans interruption

    Le Mans 72100
    314, boulevard Demorieux
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

    Agences dédiées aux salariés Renault

    Guyancourt – 78280
    La Ruche – Connecteur 6 A
    Ouvert de 8h à 16h15
    sans interruption

    Le Plessis-Robinson – 92350
    Bâtiment Novadis – Module 4
    Connecteur Blanc
    Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi