Comment prévenir et combattre les troubles musculosquelettiques ?

14 décembre 2022

Les troubles musculosquelettiques, ou TMS, sont les maladies professionnelles les plus courantes. Et pour cause, des métiers « de bureau » aux professions manuelles qui réalisent des tâches pénibles, tous les actifs peuvent être concernés. Mais que sont-ils exactement et comment les prévenir au mieux ?

troubles musculosquelettiques
Source : Stocklib

Que sont les troubles musculosquelettiques ?

Les troubles musculosquelettiques, plus connus sous le nom de l’acronyme TMS, concernent l’ensemble des douleurs ou des difficultés fonctionnelles qui touchent les articulations, les muscles et les tendons. Selon l’Assurance Maladie, 86 % des maladies professionnelles sont des troubles musculosquelettiques. C’est dire si le sujet est d’ampleur, aussi bien pour les personnes concernées que pour les entreprises.

Pour beaucoup de Français, le premier des troubles musculosquelettiques est le mal de dos, mais il n’est hélas pas le seul à entacher le quotidien des personnes qui travaillent. Ils concernent aussi régulièrement les membres supérieurs, à commencer par le poignet, le cou, l’épaule…

Même sans être soi-même concerné, chacun connaît au moins une personne qui a dû arrêter de travailler ou changer de poste en raison de douleurs liées à son métier ou qui rejaillissent dessus.

Quelles sont les causes des troubles musculosquelettiques ?

Les gestes répétitifs ou difficiles

Les personnes touchées par les troubles musculosquelettiques doivent souvent faire les mêmes gestes dans le cadre d’une tâche répétitive ou travailler dans des positions incommodes. Ce sont par exemple les hôtesses de caisse qui font un mouvement de part et d’autre avec des milliers d’articles toute la journée. Ce sont aussi les employés du BTP qui réalisent des mouvements difficiles, ou ceux qui portent des équipements lourds, etc.

Les écrans et la souris

Mais il ne faut pas oublier les petits gestes du quotidien de bureau qui, au fil du temps, représente un fort vecteur de troubles musculosquelettiques : une mauvaise position devant un écran, les mouvements répétés avec la souris, la tape sur le clavier sont autant de causes de TMS. Sans parler de la sédentarité qui, sur le podium des vecteur de mauvaise santé, est à égalité avec les mouvements trop intenses.

L’environnement

Travailler dans un environnement trop froid peut aussi entraîner des conséquences sur la sphère musculosquelettique. Cela a été prouvé par diverses études qui mettent en évidence le froid comme facteur direct et indirect des TMS. De la même façon, celui-ci peut augmenter les douleurs déjà présentes.

L’inadaptation des postes de travail

Des postes de travail qui rendent les tâches moins aisées sont des facteurs directs de TMS. Mal adaptés, un bureau ou une chaîne de production sont à l’origine de mauvaises postures qui, au fil du temps, sont des causes de douleurs.

Par ailleurs, il a été montré que les femmes sont plus touchées que les hommes dans ce domaine. Ainsi, en décembre 2022, la délégation aux droits des femmes du Sénat a reçu des historiennes et des sociologues venus expliquer pourquoi les femmes souffrent plus au travail que les hommes. Elles sont selon elles deux fois plus concernées que leurs homologues masculins. Et les raisons sont directement liées à des postes mal adaptés. Cette mauvaise ergonomie s’ajoute à un contexte plus général de postes précaires, à temps partiel bien souvent, d’horaires décalés et d’une charge familiale importante (notamment pour les familles monoparentales). Tous ces facteurs concourent à une plus grande proportion de TMS chez les femmes.

Les conséquences des troubles musculosquelettiques

Les symptômes des TMS varient en fonction de la cause et de la localisation et peuvent entraîner :

  • Des douleurs constantes ou aigües
  • Des engourdissements
  • Des raideurs
  • Des fourmillements
  • Une perte de force dans les parties du corps affectées

Si elles ne sont pas traitées, ces conditions peuvent entraîner une incapacité à travailler et des limitations fonctionnelles. Plus largement, les TMS peuvent générer une douleur chronique et des pertes d’autonomie pour réaliser certaines actions du quotidien (porter ses courses, pratiquer une activité sportive). Ces difficultés ont des conséquences importantes sur la vie quotidienne des personnes touchées.

Les TMS sont également à l’origine de difficultés au travail, ce qui est à l’origine d’une diminution de la productivité et, tout aussi grave et coûteux pour l’entreprise : de l’absentéisme. Cela représente par conséquent des enjeux élevés, aussi bien financiers que pour l’image de marque.

Prévenir les troubles musculosquelettiques

La prévention contre les troubles musculosquelettiques concerne en premier lieu l’entreprise qui, légalement, doit protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Parmi les actions de prévention que l’employeur doit mettre en place :

  • Adapter au mieux le poste de travail en choisissant des équipements ergonomiques, en ajustant la hauteur de l’écran.
  • Des formations pour aider les employés à adopter de bonnes postures et des pratiques qui concourent à une meilleure santé.
  • Une sensibilisation générale par une communication, avec un affichage dans les salles de repos par exemple, mais aussi des newsletters internes illustrées qui apportent des astuces simples à mettre en place pour éviter les douleurs.

Les salariés sont eux-mêmes les acteurs de leur santé et de la diminution de leurs douleurs., les actifs – qu’ils soient sur site ou en télétravail – doivent donc prendre de nouvelles habitudes, parmi lesquelles :

  • Adopter une bonne posture : assis toute la journée devant un ordinateur a pour effet de réduire la force musculaire du dos. Si bien que beaucoup de personnes ont le dos voûté ou sont avachies sur leur chaise. Pour éviter cela, il faut se tenir droit, les épaules en arrière, les yeux bien en face de l’écran (quitte à le surélever).
  • Faire des pauses régulières : pour les personnes assises, cela consiste avant tout à se lever et à marcher quelques minutes. Pour les emplois qui nécessitent des gestes répétitifs, les pauses sont indispensables et, bien sûr, obligatoires (sinon l’employeur s’expose à des sanctions). Cela peut être l’occasion, par exemple au lieu de fumer une cigarette, de détendre ses muscles en faisant des étirements.
  • Pratiquer une activité physique adaptée : le sport, qu’il soit doux ou demande de l’endurance, est un excellent moyen de prévenir les douleurs et les TMS. L’activité physique permet de détendre et d’entretenir ses capacités musculaires et fonctionnelles. En outre, le sport a des effets prouvés sur le moral, ce qui évite un stress qui peut, lui aussi, être à l’origine de douleurs physiques. L’entreprise peut elle-même offrir des cours de sport en guise d’avantage salarial. Ce qui a non seulement pour effet de réduire les douleurs, mais aussi de protéger la santé de ses salariés à long terme.

Pour autant, toute douleur qui se répète ou qui devient constante doit faire l’objet d’une consultation. Lorsqu’ils ne sont pas traités, les TMS s’aggravent de jour en jour et peuvent conduire à une incapacité de travail aussi dommageable pour le salarié que pour l’entreprise.

Face à l’ensemble des problématiques de santé qui concernent les actifs, la prise en compte des troubles musculosquelettiques (TMS) est un véritable enjeu pour les entreprises. Elle passe à la fois par une analyse des postes de travail et l’adaptation des tâches, et par une sensibilisation générale. Cette prise en compte, par les entreprises et l’opinion publique, des petites et des grandes douleurs est indispensable pour une meilleure santé des actifs en général. Car cela aura un impact sur la continuité de leur vie professionnelle, ainsi que pour leur santé et leur autonomie à plus long terme.

À lire ensuite :

Les femmes enceintes et la conduite : comment conduire sans prendre de risques ? 1

Les femmes enceintes et la conduite : comment conduire sans prendre de risques ?

toutes leurs facultés physiques et psychologiques avant de prendre le volant. Les femmes enceintes sont en effet confrontées à des défis lorsqu'il s'agit de conduire en toute sécurité, pour elles-mêmes et pour leur bébé. Voici comment évaluer si vous-même ou votre compagne êtes apte à conduire et si oui, jusqu’à quel moment.
Conseils et prévention santé
Les affections neurologiques chez les séniors : comment les détecter et les limiter ? 2

Les affections neurologiques chez les séniors : comment les détecter et les limiter ?

conséquences graves sur leur qualité de vie et celles de leurs proches. Même si le vieillissement des cellules est l’une des principales causes, vous pouvez agir sur d’autres raisons pour les prévenir ou limiter sur leur gravité. De même, les détecter rapidement permet de mieux les traiter et d’atténuer leurs effets sur le quotidien.
Conseils et prévention santé
Comment prévenir l’obésité chez les enfants ? 3

Comment prévenir l’obésité chez les enfants ?

Enjeu de santé publique, l’obésité chez les enfants représente un risque pour leur santé future. En raison du manque d’activité physique, d’une alimentation mal adaptée ou d’une santé mentale fragile, le risque de grossir est élevé. En tant que parents, grands-parents ou accompagnateurs de jeunes enfants en surpoids, vous pouvez agir pour que la courbe diminue et qu’ils se sentent bien avant tout. Découvrez ici comment détecter un surpoids infantile et agir pour un rapport sain avec la nourriture.
Conseils et prévention santé
Les nouvelles technologies au service des séniors 4

Les nouvelles technologies au service des séniors

Plus l’espérance de vie augmente, plus les séniors deviennent des usagers des nouvelles technologies. De l’aide à l’autonomie, aux outils qui permettent de communiquer avec leurs proches, il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pour les divertir, les informer, les aider à bouger ou tout simplement les relier au monde. Petit tour d’horizon des technologies déjà disponibles et de celles qui arriveront ces prochaines années !
Conseils et prévention santé
Prévention : le syndrome du bébé secoué 5

Prévention : le syndrome du bébé secoué

des affaires judiciaires qui mettent ce sujet à la une. Terrible épreuve, aux conséquences tout aussi dramatiques pour l’enfant, la famille et la ou le responsable, ce sujet mérite d’être expliqué en détail pour éviter que d’autres drames n’arrivent.
Conseils et prévention santé
L'importance de créer du lien social et de rompre l'isolement des seniors 6

L'importance de créer du lien social et de rompre l'isolement des seniors

Depuis la canicule de 2003, la question de l’isolement des personnes âgées est plus présente dans l’actualité. Cependant, malgré les efforts qui ont été faits pour ne pas laisser un senior sans ou avec pas de contacts au quotidien, de nombreuses disparités existent. Il est néanmoins possible d’aider une personne âgée à rompre son isolement ou à l’éviter en amont. Cela est d’autant plus important qu’en France, d’ici 2070, 13.7 millions de personnes auront plus de 75 ans.
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Contactez un conseiller dédié
    Retrouvez-nous dans nos agences

    Boulogne-Billancourt 92100
    9, rue de Clamart
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
    sans interruption

    Le Mans 72100
    314, boulevard Demorieux
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

    Agences dédiées aux salariés Renault

    Guyancourt – 78280
    La Ruche – Connecteur 6 A
    Ouvert de 8h à 16h15
    sans interruption

    Le Plessis-Robinson – 92350
    Bâtiment Novadis – Module 4
    Connecteur Blanc
    Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi