Les troubles du sommeil des séniors, que faire ?

2 mai 2022

Au fil des années, les séniors peuvent être concernés par des troubles du sommeil, allant de l’insomnie aux difficultés d’endormissement. À cela peut aussi s’ajouter des réveils nocturnes réguliers qui perturbent la qualité de vie. Car, en plus des nuits difficiles, les journées s’en trouvent aussi troublées avec de la fatigue et un manque de vigilance. Quels sont les premiers facteurs à surveiller en cas de problèmes de sommeil après 60 ans ? Comment éviter qu’ils ne s’accroissent ? Et enfin, quels sont les moyens à leur disposition pour dormir enfin ?

sommeil seniors
Source : Stocklib

Quels sont les effets du vieillissement sur le sommeil ?  

Chaque personne âgée est différente. Cependant, au fil des années, les séniors peuvent être confrontés à un sommeil de moins bonne qualité.

Une qualité de sommeil qui change avec l’âge

La qualité du sommeil n’est pas égale tout au long de la vie. Ainsi, certaines personnes qui n’avaient aucune difficulté à s’endormir et qui ne connaissaient pas de réveil nocturne en font l’expérience en vieillissant. Comme le souligne le Centre du sommeil et de la vigilance de l’Hôtel-Dieu à Paris, le rapport entre le temps couché et le temps véritablement endormi est de 75 % après 60 ans, quand il est aux environs de 90 % chez les adultes jeunes. Cela s’inscrit dans ces deux principaux facteurs :

  • La quantité de sommeil profond diminue. Lorsqu’il est de 20 à 25 % chez l’adulte jeune, il descend à 15 % à 80 ans.
  • Selon l’Institut du sommeil, le délai d’endormissement augmente également avec l’âge. Avant 50 ans, il est en moyenne de 30 minutes. Mais il peut atteindre plus de 45 minutes à 80 ans.

Combien d’heures de sommeil pour une personne âgée ?

Chez l’adulte jeune, le besoin moyen de sommeil est de 8 heures par nuit pour être en forme le lendemain matin. Mais à partir de 70 ans, il diminue à 7 heures, avec une réduction progressive qui commence dès 50 ans. Cependant, certaines personnes âgées peuvent avoir besoin de dormir plus longtemps.

En parallèle, la diminution des phases de sommeil profond entraîne aussi l’apparition de siestes au cours de la journée. Certaines personnes qui n’avaient jamais fait de sieste auparavant se trouvent alors obligées de dormir quelques dizaines de minutes, par exemple après le déjeuner.

Quelles sont les conséquences d’un manque de sommeil chez les personnes âgées ?

  • Un manque de vigilance le jour : que ce soit pour les activités quotidiennes ou la conduite, les risques d’accident sont alors plus élevés.
  • Une possible accélération de la démence, voire de l’apparition de symptômes liés à Alzheimer, selon une étude de l’Université de Berkeley aux États-Unis. Cela étant, cette maladie et les insomnies sont potentiellement interdépendantes.
  • De l’agressivité, de l’agitation
  • Des chutes en raison d’une perte des réflexes cognitifs
  • Des maux de tête
  • Etc.

Comment améliorer le sommeil chez les séniors ?

Certains conseils s’appliquent autant aux jeunes adultes qu’aux personnes âgées. Tous favorisent un meilleur rythme circadien, autrement dit les processus biologiques sur 24 heures et les phases de veille et de sommeil.

Prendre l’air régulièrement et faire de l’activité physique

Même lorsqu’il ne fait pas beau, il est important de passer une trentaine de minutes au minimum à l’extérieur pour se dépenser, avec de la marche par exemple. Cela permet aussi d’engranger de la lumière et par conséquent de recaler son rythme. Le fait de voir du monde à cette occasion, de bénéficier des rayons du soleil (et donc de vitamine D) sont aussi le moyen d’avoir meilleur moral. Tout cela évite les ruminations du soir qui sont autant de sources d’angoisse et d’insomnie.

Améliorer son alimentation

L’alimentation équilibrée sert aussi à bien dormir et les séniors sont eux aussi concernés ! Pour éviter de tourner dans son lit et ne pas parvenir à tomber dans les bras de Morphée, mieux vaut adapter son assiette, au moins pour le dîner. Ainsi, il est important de manger léger au plus tard 2 heures avant de se coucher. Mais léger ne veut pas dire pas nourrissant. Cela signifie avant tout qu’il convient d’éviter les plats trop riches et gras le soir et les sucres rapides. Les féculents et les légumes sont autant de sources de nutriments qui favorisent au contraire un meilleur sommeil et un lendemain plus facile.

Avoir un rituel

Pour bien dormir, il est important de faire attention à son rythme quotidien et d’avoir des habitudes. Rien n’empêche de se coucher plus tard de temps à autre lorsque l’on sort, mais plus généralement, un rythme cohérent permet de se recaler :

  • Se coucher et se lever toujours à la même heure, même le week-end
  • Prendre ses repas à la même heure également
  • Faire quelque chose le soir avant de se coucher qui ne perturbe pas le sommeil : lire quelques pages d’un livre, un magazine, écouter un podcast.
  • Éviter les écrans près des yeux (smartphone, tablette, ordinateur) au moins 1 heure avant de se coucher. La lumière bleue faisant un effet de lumière naturelle qui correspond à la phase d’éveil et retarde la production de mélatonine (l’hormone du sommeil).

Le repos peut aussi être perturbé par des volets qui laissent passer la lumière. Dans ce cas, ils peuvent éventuellement porter un masque de nuit pour les yeux qui occulte les faisceaux lumineux. De même, le port de bouchon d’oreille peut être efficace si certains bruits gênent ou entraînent une hypervigilance.

Quand consulter son médecin traitant ?

Même si l’âge est en cause, il n’est pas normal de ne plus dormir comme on le devrait. Si les actions précédentes n’ont porté aucun fruit, mieux vaut consulter son médecin pour évacuer toutes les hypothèses de maladies qui pourraient expliquer l’insomnie ou les réveils précoces. Cela peut par exemple être le syndrome des jambes sans repos qui entraîne des impatiences nocturnes.

Le médecin peut être amené à proposer un carnet de sommeil au patient ou à un proche s’il n’est pas en capacité de le remplir. Cet outil permet d’intégrer l’ensemble des nuits, avec le nombre d’heures de sommeil, les éventuels réveils en pleine nuit et les réveils précoces.

Ce carnet de suivi peut aussi contenir l’activité journalière du patient pour tenter de comprendre quels éléments sont susceptibles de perturber sa nuit.

En fonction des réponses, le médecin peut prescrire de la mélatonine, l’hormone dite « du sommeil » dont la sécrétion diminue avec l’âge. Plus rarement aujourd’hui, les praticiens prescrivent des somnifères en première intention, lesquels ont cependant des conséquences sur la qualité de vie. Cela arrive donc seulement si toutes les autres solutions ont échoué.

Le sommeil est très important chez les séniors. Pour autant, il ne faut pas en faire une obsession, ce qui conduit le plus souvent à dormir encore moins bien. Dormir s’inscrit dans le cycle quotidien, et chaque personne peut avoir besoin de dormir plus ou moins longtemps. Cela devient un réel problème à considérer comme tel et à traiter quand la fatigue est présente et que le sommeil ne veut pas venir.

 

À lire ensuite :

Les femmes enceintes et la conduite : comment conduire sans prendre de risques ? 1

Les femmes enceintes et la conduite : comment conduire sans prendre de risques ?

toutes leurs facultés physiques et psychologiques avant de prendre le volant. Les femmes enceintes sont en effet confrontées à des défis lorsqu'il s'agit de conduire en toute sécurité, pour elles-mêmes et pour leur bébé. Voici comment évaluer si vous-même ou votre compagne êtes apte à conduire et si oui, jusqu’à quel moment.
Conseils et prévention santé
Les affections neurologiques chez les séniors : comment les détecter et les limiter ? 2

Les affections neurologiques chez les séniors : comment les détecter et les limiter ?

conséquences graves sur leur qualité de vie et celles de leurs proches. Même si le vieillissement des cellules est l’une des principales causes, vous pouvez agir sur d’autres raisons pour les prévenir ou limiter sur leur gravité. De même, les détecter rapidement permet de mieux les traiter et d’atténuer leurs effets sur le quotidien.
Conseils et prévention santé
Comment prévenir l’obésité chez les enfants ? 3

Comment prévenir l’obésité chez les enfants ?

Enjeu de santé publique, l’obésité chez les enfants représente un risque pour leur santé future. En raison du manque d’activité physique, d’une alimentation mal adaptée ou d’une santé mentale fragile, le risque de grossir est élevé. En tant que parents, grands-parents ou accompagnateurs de jeunes enfants en surpoids, vous pouvez agir pour que la courbe diminue et qu’ils se sentent bien avant tout. Découvrez ici comment détecter un surpoids infantile et agir pour un rapport sain avec la nourriture.
Conseils et prévention santé
Les nouvelles technologies au service des séniors 4

Les nouvelles technologies au service des séniors

Plus l’espérance de vie augmente, plus les séniors deviennent des usagers des nouvelles technologies. De l’aide à l’autonomie, aux outils qui permettent de communiquer avec leurs proches, il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pour les divertir, les informer, les aider à bouger ou tout simplement les relier au monde. Petit tour d’horizon des technologies déjà disponibles et de celles qui arriveront ces prochaines années !
Conseils et prévention santé
Prévention : le syndrome du bébé secoué 5

Prévention : le syndrome du bébé secoué

des affaires judiciaires qui mettent ce sujet à la une. Terrible épreuve, aux conséquences tout aussi dramatiques pour l’enfant, la famille et la ou le responsable, ce sujet mérite d’être expliqué en détail pour éviter que d’autres drames n’arrivent.
Conseils et prévention santé
Comment prévenir et combattre les troubles musculosquelettiques ? 6

Comment prévenir et combattre les troubles musculosquelettiques ?

es troubles musculosquelettiques, ou TMS, sont les maladies professionnelles les plus courantes. Et pour cause, des métiers « de bureau » aux professions manuelles qui réalisent des tâches pénibles, tous les actifs peuvent être concernés. Mais que sont-ils exactement et comment les prévenir au mieux ?
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Contactez un conseiller dédié
    Retrouvez-nous dans nos agences

    Boulogne-Billancourt 92100
    9, rue de Clamart
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
    sans interruption

    Le Mans 72100
    314, boulevard Demorieux
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

    Agences dédiées aux salariés Renault

    Guyancourt – 78280
    La Ruche – Connecteur 6 A
    Ouvert de 8h à 16h15
    sans interruption

    Le Plessis-Robinson – 92350
    Bâtiment Novadis – Module 4
    Connecteur Blanc
    Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi