Les objets connectés et l’autonomie des séniors

4 juillet 2022

Depuis que les objets connectés sont arrivés sur le marché, nombreuses sont les entreprises à chercher des idées pour favoriser grâce à eux l’autonomie des seniors. Mais que sont exactement les objets connectés et comment les personnes âgées peuvent-elles en profiter dans leur quotidien ? Sont-ils à la fois intéressants pour le confort, la sécurité ou encore le divertissement ? Comment convaincre un sénior d’adopter leur utilisation ? Voici toutes les réponses à vos questions.

Objets connectés seniors
Crédit photo : Stocklib

Qu’est-ce qu’un objet connecté ?

Un objet connecté est un outil qui est relié sans fil à Internet. En cela, un smartphone est déjà un objet connecté. Mais depuis une dizaine d’années, de nombreux outils détachés du téléphone existent et fonctionnent de manière autonome. Ce sont par exemple des solutions domotiques pour la maison, telles que les caméras reliées à Internet ou encore les serrures connectées.

Parmi les objets du quotidien qui ont peu à peu investi le territoire personnel, on peut également citer les montres connectées. Celles-ci permettent un suivi des données de santé par exemple, comme le nombre de pas réalisés dans la journée, le battement du cœur, etc.

Avec ce dernier exemple, on comprend aisément que les fabricants d’objets connectés souhaitent aussi proposer leurs produits aux séniors. Le suivi de leur santé est en effet un élément indispensable pour leur autonomie à long terme. Et c’est ce qu’offrent de nombreux objets connectés.

Les objets connectés pour seniors, quelle utilité pour l’autonomie ?

Les objets connectés peuvent sembler gadgets pour de nombreux séniors. Pourtant, les innovations qui sont déjà – ou arrivent- sur le marché, et qui ne sont pas forcément dédiées aux seniors à la base, montrent combien la technologie peut être au service d’une meilleure qualité de vie.

Selon les dernières statistiques de la DREES, il y aura 21 millions de personnes de plus de 60 ans en 2030, autant dire demain. La plupart d’entre elles ne seront heureusement pas en perte d’autonomie. Cependant, à mesure qu’elles vieilliront, il n’y aura pas assez de main-d’œuvre dans l’aide à la personne pour subvenir à l’ensemble de leurs besoins au quotidien. D’où l’importance de faire évoluer la technologie pour qu’elle favorise le maintien à domicile le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions.

En plus de tout ce qui permet de se lever de son lit plus facilement, de faire sa toilette, les objets connectés entraînent un lien direct avec les proches ou les associations. Un bracelet connecté peut par exemple être une bonne solution pour le suivi à distance des personnes âgées. Relié directement à un smartphone, même à des dizaines de kilomètres, il permet une prise en charge plus rapide en cas de chute ou de malaise.

Même chose avec les lampes connectées qui permettent aux séniors de se lever la nuit sans allumer la lumière, puisque tout se fait automatiquement. De la même façon, ces lampes qui sont équipées d’un détecteur de mouvement. Elles peuvent ainsi alerter des chutes ou de tout événement qui nécessite l’intervention d’une personne extérieure.

D’une manière générale, tout ce qui peut accélérer la prise en charge d’un sénior qui chute ou qui est victime d’un malaise est un avantage essentiel pour l’autonomie. Cela limite les séquelles et les séjours à l’hôpital.

Les seniors se sentent-ils concernés par les objets connectés ?

Cela dépend de quels séniors on parle ! Aujourd’hui les jeunes et moins jeunes retraités sont très intéressés par les nouvelles technologies. Le cliché qui voudrait que les personnes âgées soient dépassées est très loin de se vérifier dans la réalité. Le confinement dû à la pandémie a aussi été un révélateur pour beaucoup de retraités qui se sont mis avec encore plus d’assiduité à Internet pour rester en contact avec leur famille. Selon le baromètre numérique du Crédoc paru en 2021, 93 % des 60 à 69 ans sont des internautes !

De la même manière, les équipements ont augmenté chez les retraités avec + 18 points pour l’achat de smartphones. Sur un an, et d’une manière générale + 16 points chez les 60 à 69 ans. Même les plus de 70 ans s’y mettent avec + 15 points. Ils utilisent aussi les messageries en ligne, comme WhatsApp ou Facebook Messenger, mais avec plus de parcimonie que les plus jeunes.

Cela nous enseigne que les futures personnes âgées – qui auront besoin d’objets connectés pour les aider dans leur autonomie à long terme – ne sont pas effrayées par la technologie. Si certaines peuvent être encore réfractaires, l’avenir devrait laisser plus de place à des objets connectés pratiques comme les montres pour la santé ou la domotique pour une maison sûre et pratique.

Quels sont les différents types d’objets connectés sur le marché des seniors ?

Parmi les autres objets connectés utiles aux séniors, voici plusieurs exemples qui peuvent être mis en place rapidement.

La tablette pour maintenir le lien

Aujourd’hui, des fabricants se sont spécialisés dans la conception de tablettes dédiées aux personnes âgées. Par leur design et leur menu plus simple que les tablettes classiques, ces modèles spécifiques facilitent leur utilisation et surtout le lien qu’elles peuvent maintenir à distance avec leur famille ou leurs amis.

La tasse connectée pour suivre l’hydratation

Une des problématiques chez les seniors concerne leur consommation d’eau, surtout quand il fait chaud. Pour éviter la déshydratation et le malaise, il existe des tasses qui calculent automatiquement la consommation de liquide. Pour éviter les fausses données, elles savent si le liquide est bien avalé et non versé ou renversé. Ce type de dispositif est notamment utilisé en EHPAD.

Le pilulier connecté pour le suivi des traitements

Semblable à un pilulier classique, le pilulier connecté évite d’oublier ses traitements. Il est relié à une base qui peut émettre des alertes sonores ou visuelles, ou bien envoyer des notifications sur un smartphone. Il peut aussi transmettre des messages à un proche. Le médecin et l’aide-soignante ont de leur côté la possibilité de remplir les cases de la semaine et programmer l’outil.

La canne connectée

En dehors de la montre qui peut détecter les chutes et appeler les secours, il existe un autre dispositif : la canne connectée. Elle dispose d’un bouton SOS et elle aussi dotée d’une fonction de détection de chute. De cette façon, la prise en charge est beaucoup plus rapide grâce à la géolocalisation.

Une enceinte connectée

Beaucoup de marques proposent aujourd’hui des enceintes connectées à tous les prix. En plus de favoriser le divertissement par la musique ou la radio chez les séniors, ce type d’équipement est aussi très pratique pour appeler ses proches par commande vocale.

Faut-il forcément un abonnement ?

Un critère peut parfois freiner les seniors à s’équiper en objets connectés pour leur autonomie : les abonnements proposés par ces solutions. Certes, elles ne sont pas toutes nécessairement vendues avec un abonnement. Certaines tablettes par exemple sont vendues seules ou avec un programme mensuel qui propose une formation ainsi qu’un support technique.

La géolocalisation de certains objets connectés peut aussi être soumise à un abonnement. Avant de s’engager ou d’offrir ce cadeau à un proche, il est donc important de vérifier quelles sont les conditions d’utilisation et, dans la mesure du possible, d’éviter un abonnement qui peut revenir cher.

La technologie et les objets connectés au service des seniors sont encore un champ à explorer pour de nombreux acteurs. Pour autant, il ne faut pas toujours chercher du côté des outils affichés « pour séniors » et parfois se tourner plutôt vers des équipements classiques qui peuvent avoir un intérêt réel et une facilité d’utilisation pour ce public.

À lire ensuite :

Lutter contre les problèmes de mémoire chez les seniors 1

Lutter contre les problèmes de mémoire chez les seniors

Les problèmes de mémoire ne sont pas une fatalité, même avec l'avancée en âge. Il existe des moyens de prévenir et de réduire les troubles de la mémoire, en adoptant une bonne hygiène de vie, en stimulant son cerveau et en surveillant sa santé. Il est également important de savoir distinguer les pertes de mémoire bénignes des signes d'une maladie neurodégénérative, qui nécessitent une prise en charge médicale.
Conseils et prévention santé
"La santé orale est intimement liée à la santé générale" 2

"La santé orale est intimement liée à la santé générale"

L’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire est née de la volonté de la profession et de ses instances de rassembler tous les chirurgiens-dentistes engagés en faveur de la prévention orale. Depuis plus de 57 ans, notre engagement en faveur de la promotion de la santé bucco-dentaire et de la prévention a naturellement donné à notre union une place singulière et pionnière.
Conseils et prévention santé
Arrêts et stationnements : toutes les règles à connaître et conséquences 3

Arrêts et stationnements : toutes les règles à connaître et conséquences

Que l’on soit un jeune conducteur ou ayant un permis datant de quelques décennies, le Code de la route peut sembler être une chose entendue. Mais les sujets les plus simples ont parfois besoin d’une piqûre de rappel. C’est notamment le cas des arrêts et stationnements. Ainsi, comment vous arrêter et vous stationner dans les règles de l'art, sans gêner la circulation ni risquer une contravention ? Découvrez ici les différents types de panneaux indicateurs, les règles à connaître selon les situations et les conséquences en cas d'infraction.
Conseils et prévention routière
Actifs : Troubles psychiques quels sont les facteurs de risques et quelle prise en charge ? 4

Actifs : Troubles psychiques quels sont les facteurs de risques et quelle prise en charge ?

Ces dernières années, les multiples crises qui se sont succédé depuis celle du Covid 19 ont laissé de nombreuses traces psychologiques parmi la population. Pourtant, la santé mentale reste taboue, voire stigmatisée. Ainsi, selon une étude Ipsos dévoilée en 2024, 78% des Français considèrent qu’elle est aussi importante que la santé physique, mais seulement 34% estiment que les deux sont traitées de la même manière par le système de santé. Regardons ici quels sont les troubles psychiques les plus fréquents chez les actifs, quelles en sont les causes et les conséquences sur la vie quotidienne, et comment se faire aider.
Conseils et prévention santé
Tout savoir sur le trouble du déficit de l’attention 5

Tout savoir sur le trouble du déficit de l’attention

Vous avez remarqué que votre enfant a du mal à se concentrer, à rester en place, à suivre les consignes à l’école ou chez vous ? Il est peut-être atteint du trouble du déficit de l'attention (TDA), avec ou sans hyperactivité (TDAH)*. Mais nous disons bien « peut-être », car seuls des examens peuvent le déterminer. Abondamment commenté sur les réseaux sociaux, ce trouble touche environ 5% des enfants et peut avoir des répercussions importantes sur le développement, la scolarité et la vie sociale de votre enfant. Mais il existe des solutions pour l'aider à mieux vivre avec son trouble et à réussir à l’école malgré cela. Voici un guide pour poser les bases et avancer avec votre enfant dans cette voie s’il est concerné !
Conseils et prévention santé
Les dépistages conseillés après 50 ans 6

Les dépistages conseillés après 50 ans

Même si la maladie peut toucher à tout âge, la cinquantaine est une période charnière pour prendre particulièrement soin de soi. C’est en effet à cet âge que le risque augmente, notamment s’agissant du cancer et des maladies cardiovasculaires. Parmi les actions de prévention, les dépistages sont essentiels pour détecter à temps des maladies aux conséquences parfois fatales.  Les chiffres le montrent : profiter des dépistages réguliers, de manière organisée et gratuite, diminue drastiquement les risques de mortalité.
Conseils et prévention santé

    Abonnez-vous à notre newsletter