Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes

21 juin 2022

Si l’abus d’alcool entraîne des conséquences sur la santé quel que soit son âge, les jeunes sont particulièrement exposés. Avec une mortalité qui augmente à mesure que l’alcoolisation commence tôt, en plus de comportements à risques, la consommation excessive de boissons (bière, vin, vodka, liqueur) mène à des conséquences graves de dépendance et de maladies. En tant que parent, professionnel de l’éducation ou du secteur médical, il est important de connaître à la fois l’ampleur du phénomène et comment le juguler lorsqu’on y est confronté vis-à-vis d’un adolescent ou d’un jeune adulte.

Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 1
Source : Stocklib

Contexte : chez les jeunes, des habitudes de consommation d’alcool très diverses

Si l’abus d’alcool chez les jeunes est un problème de société, il faut raison garder. La jeunesse tout entière n’est pas concernée par une consommation excessive. Mais celle-ci se concentre sur une partie d’entre eux.

Chiffres clés de la consommation d’alcool

En France, d’après les dernières données de santé officielles en 2021, la consommation d’alcool (le fameux « premier verre ») commence en moyenne dès la fin du collège, en classe de 3e. Cependant, comme le montre encore cette étude, celle-ci a diminué entre 2018 et 2021 :

  • L’expérimentation de l’alcool en 3e est passée de 75,3% en 2018, à 64,1% en 2021 (et ce, malgré la phase de confinement qui a pu entraîner chez certaines population une consommation d’alcool en solitaire)
  • 30,7 % ont consommé de l’alcool au cours du mois de l’étude, soit le plus bas niveau enregistré depuis 2018
  • 1 élève sur 5 a cependant expérimenté une alcoolisation forte au cours du même mois

En parallèle, 8,4 % des jeunes de 17 ans interrogés expliquent avoir une consommation régulière.

Bières et prémix, là où l’alcoolisation commence

Tout le monde connaît le rosé pamplemousse et le rhum coca. Ces différents mélanges sont appelés des prémix. Il s’agit d’alcool mélangé à des jus de fruits ou à des sodas dont la saveur sucrée camoufle le goût de l’alcool. Si bien que leur consommation s’avère plus importante, les jeunes ne voyant pas la quantité d’alcool qu’ils ingèrent.

Ajoutée à la bière qui, elle aussi, suppose dans la tête des jeunes une consommation d’alcool moindre qu’avec des alcools forts…cela peut donner des mélanges détonnants.

De plus, depuis quelques années, les bières artisanales sont particulièrement à la mode et le rosé est devenu une institution pendant les vacances d’été. Cette image d’Épinal rend leur consommation auprès du jeune public beaucoup plus acceptable. Or, quel que soit l’alcool consommé, l’abus – sur plusieurs jours ou dans la même soirée – est facteur de danger pour la santé de la personne et son entourage.

Les dangers du binge drinking

Le binge drinking, que l’on peut traduire par alcoolisation ponctuelle importante » (API) est une « mode » de recherche de l’ivresse venue du Royaume-Uni qui consiste à boire en quantités phénoménales dans la même soirée. Dans les faits, on peut parler de binge drinking à partir de 6 verres dans la même soirée. Tout le monde a par exemple en tête des images de personnes ivres dans la rue, au bord du coma éthylique, si ce n’est pas déjà le cas.

Les jeunes qui s’adonnent à cette pratique ont le plus souvent entre 15 et 25 ans et n’ont pas tous le même but. Il peut ainsi s’agir :

  • De vouloir appartenir à un groupe (autrement dit, celui qui ne boit pas en quantité ne mériterait pas d’en faire partie)
  • De vouloir masquer un mal-être
  • Et parfois, il faut bien l’avouer, par simple suivisme

Le binge drinking est particulièrement inquiétant, a fortiori lorsqu’il se répète ou qu’il devient un mode de consommation habituel, même en journée. Dans tous les cas, une consommation massive d’alcool peut entraîner :

  • Un comportement à risques (agressivité, bagarre, perte de vigilance, accident de la route, vulnérabilité, relations sexuelles non consenties/non protégées, etc.)
  • Un mal-être, une dépression (qui sont soit consécutifs soit les causes, mais forment un vase communicant) et une dégradation du quotidien, dans le parcours scolaire et personnel
  • Un coma éthylique et une hospitalisation
  • Etc.

L’association alcool et drogue

Généralement, des jeunes qui consomment des quantités astronomiques d’alcool sont aussi concernés par la consommation de drogue, notamment le cannabis. Or cette association représente un danger supplémentaire sur les comportements à risques et sur la santé, notamment cérébral. Cela peut ensuite influencer un état de dépendance aux produits psychoactifs sur le long terme.

Par ailleurs, une consommation d’alcool ajoutée à des drogues dures telles que la cocaïne, l’héroïne ou les drogues de synthèse peut augmenter les risques sur le plan cardiaque et cérébral et être fatale.           

Ajoutons enfin que le cocktail d’alcool, de drogue et de médicament est un facteur supplémentaire d’accidents de la route.

Quels sont les risques de dépendance de l’alcool chez les jeunes ?

Comme le souligne l’INSERM, une consommation supérieure à 2 verres d’alcool par jour s’apparente à une consommation à risques. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il y a dépendance, mais la régularité de la consommation amène à s’interroger sur sa relation avec l’alcool. Lorsque l’on est jeune, plus la consommation est régulière, plus le risque de dépendance et d’alcoolisme se renforce.

Dans le même temps, les dangers de tomber dans la dépendance chez les jeunes, puis chez les adultes dépendent de différents facteurs : génétiques, comportementaux et environnementaux (par exemple, lorsque le jeune concerné vit dans un milieu où l’alcool est omniprésent).    

Par ailleurs, des études ont montré que plus le début de la consommation d’alcool est précoce, plus le risque de développer une dépendance est élevé.

Quels sont les risques de maladies dues à l’alcoolisation précoce ?

À terme, une consommation importante d’alcool peut aussi être un facteur :

  • De cancers : gorge, œsophage, foie, pancréas, sein, colon/rectum, etc.
  • D’atteintes hépatiques graves :
  • De pathologies cérébrales : troubles de la mémoire, épilepsie, problèmes cognitifs
  • De pathologies cardiaques : hypertension artérielle, angine de poitrine, accident vasculaire cérébral (AVC), troubles du rythme cardiaque, atteinte du muscle du cœur, etc.

Comment aider un jeune concerné ?

En tant que parent, proche ou professionnel, vous vous inquiétez du comportement d’un jeune avec l’alcool ? L’approche dépend bien sûr de la relation entretenue avec lui et du niveau de confiance que vous avez. Une jeune fille ou un jeune homme qui consomme de l’alcool en trop grande quantité peut notamment se braquer et considérer que son entourage exagère.

Certes il n’y a parfois « pas de quoi s’inquiéter », mais si vous pensez le contraire ou souhaitez l’alerter, il peut être utile de passer par le test proposé par Alcool Info Service, l’Alcoomètre. Loin d’être rébarbatif, il lui permettra en quelques minutes de situer sa consommation d’alcool habituelle. En fonction des résultats qui lui seront donnés, et des risques associés si sa consommation est trop importante, vous pourrez entamer une discussion avec elle/lui.

L’important est de montrer sa compréhension et de ne pas se placer dans la position du sage qui, pour un jeune, est parfois synonyme de ringardise ou d’incompréhension des problématiques des personnes de son âge.

Il peut aussi être utile de lui montrer l’environnement dans lequel il évolue. Celui-ci est peut-être soumis à de nombreuses publicités ou influencé par les réseaux sociaux notamment.

Dans le cas d’une consommation à risques, l’orienter vers une consultation auprès de son médecin généraliste, voire d’un addictologue est indispensable. Les chiffres le montrent, la consommation d’alcool chez les jeunes ne les concerne pas tous, loin de là. Mais pour ceux qui boivent plus que de raison ou qui ne se rendent pas compte des quantités ingérées, il est important d’alerter à la fois sur les risques sur leur santé… et les risques qu’ils font

À lire ensuite :

Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 2

Comment préparer un long voyage en voiture ?

Les vacances d’été, tout comme lors de Noël ou des ponts du mois de mai (lorsqu’il y en a), sont propices aux longs voyages en voiture. Retrouver les grands parents, partir au bord de la mer ou à la montagne, voilà le moment tant attendu par les enfants comme par les parents. Mais un long périple en véhicule demande une préparation et de nombreuses précautions. Car l’important est d’arriver dans les meilleures conditions et sans avaries. Des voyages « classiques » aux trajets en voiture électrique, découvrez de nombreux conseils pour conduire serein !
Actualités
Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 3

Rouler à vélo, les raisons de s’y mettre

Quel que soit son âge, il est important pour la santé de pratiquer une activité sportive. Parmi les disciplines qui connaissent du succès, le vélo est en hausse, mais il a aussi une forte marge de progression par rapport à la marche. Cependant, le vélo est-il une activité pour tout le monde ? Faut-il s’équiper d’un VTT ou d’un vélo classique ? Le vélo d’appartement est-il tout aussi efficace ? Voici quelques exemples de questions à se poser avant d’enfourcher une bicyclette !
Actualités
Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 4

L’obésité chez les personnes âgées, quels sont les causes et les risques ?

L’obésité est considérée comme un enjeu de santé publique d’une manière générale. Chez les personnes âgées, la prise de poids survient bien avant et s’installe au fil des années. Les risques sur la santé et le bien-être sont alors importants. Comment évaluer l’obésité chez les personnes âgées et comment faire pour retrouver un poids de forme après 65 ans ? Quels sont les risques à être en surpoids passé un certain âge ?
Actualités
Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 5

Mobilité Mutuelle poursuit son dispositif PSYCOVID

Nous prolongeons, jusqu'au 31 décembre 2022, notre dispositif exceptionnel de prise en charge des consultations de psychologues.
Actualités
Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 6

Comment prévenir les accidents domestiques ?

Les accidents domestiques font partie de ceux que l’on n’attendait pas. Comme pour la qualité de l’air intérieur, la plupart des gens ont tendance à croire que leur domicile est un lieu plus sûr que l’extérieur. Or entre les chutes, les brûlures, les intoxications ou l’électrocution, les risques sont multiples et touchent particulièrement les enfants et les personnes âgées.
Actualités
Les dangers de l’abus d’alcool chez les jeunes 7

Les troubles du sommeil des séniors, que faire ?

Au fil des années, les séniors peuvent être concernés par des troubles du sommeil, allant de l’insomnie aux difficultés d’endormissement. À cela peut aussi s’ajouter des réveils nocturnes réguliers qui perturbent la qualité de vie. Car, en plus des nuits difficiles, les journées s’en trouvent aussi troublées avec de la fatigue et un manque de vigilance. Quels sont les premiers facteurs à surveiller en cas de problèmes de sommeil après 60 ans ? Comment éviter qu’ils ne s’accroissent ? Et enfin, quels sont les moyens à leur disposition pour dormir enfin ?
Actualités

Abonnez-vous à notre newsletter

Contactez un conseiller dédié
Retrouvez-nous dans nos agences

Boulogne-Billancourt 92100
9, rue de Clamart
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
sans interruption

Le Mans 72100
314, boulevard Demorieux
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

Agences dédiées aux salariés Renault

Guyancourt – 78280
La Ruche – Connecteur 6 A
Ouvert de 8h à 16h15
sans interruption

Le Plessis-Robinson – 92350
Bâtiment Novadis – Module 4
Connecteur Blanc
Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi