Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels

25 janvier 2021

Autopartage, covoiturage, VAE et autres deux-roues se développent en entreprise à des rythmes plus ou moins soutenus. Proposés à des coûts abordables, ces services permettent d’améliorer l’attractivité de l’entreprise, de renforcer son image en matière de RSE et d’affirmer son caractère résolument moderne. Autant d’avantages difficiles à quantifier.

Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 1

Adopter les nouvelles mobilités ne va pas de soi. « La plupart des entreprises y vont à marche forcée, observe Marie-Hélène Benarouch, consultante achats et mobilité opérationnelle pour le cabinet de conseil EPSA. Ou alors leurs obligations liées à la RSE sont très fortes, comme dans le secteur public. Mais les trois quarts s’en préoccupent peu. »

De fait, les entreprises n’ont pas encore toutes témoigné un grand intérêt pour ces nouvelles mobilités. Mais quand elles vont s’apercevoir qu’aller voir les clients avec un véhicule coûte de plus en plus cher, leur point de vue pourrait évoluer du tout au tout. « Les normes CAFE renchérissent le TCO d’un véhicule et le covid-19 accélère l’évolution des pratiques », estime Marie-Hélène Benarouch.

Le plan de mobilité employeur

Autre obligation pour les entreprises : celles de plus de cinquante salariés doivent définir un plan de mobilité employeur (ex PDM), ce qui les oblige à se pencher sur les nouvelles mobilités. Avec à la clé une étude des déplacements des salariés.

Dans le cadre de ces plans de mobilité employeur, Alphabet réalise des audits et met en œuvre des actions ciblées pour ses clients. Mais avant de se lancer, ce loueur conseille aux entreprises d’étudier les solutions existantes et les besoins réels. Alphabet cite une entreprise de 150 salariés située en région Rhône-Alpes et dont les bureaux sont distants de plus de 50 km d’un centre urbain. Dans ce cas, les vélos à assistance électrique (VAE) ne trouveront par leur place. En revanche, ces VAE seront pertinents pour une société dont les locaux se trouvent dans le centre de Grenoble.

« Dans le même secteur d’activité, les besoins des entreprises peuvent varier du tout au tout, argue Laurent Petit, chef du département marketing et business development d’Alphabet. L’écosystème de mobilité à mettre en œuvre est plus ou moins complexe selon la zone géographique dans laquelle il s’inscrit, selon la manière dont les collaborateurs circulent, selon les énergies utilisées, électrique ou autres, selon les besoins en termes d’emport. Tout dépend des usages. »

Autre recommandation, cette fois en provenance de Klaxit : si plus de la moitié des collaborateurs viennent au bureau en voiture, l’entreprise est éligible aux nouvelles mobilités. « Mais si une société située dans Paris compte seulement 5 % de collaborateurs qui viennent au bureau en voiture, le covoiturage ne s’imposera pas, prévient David di Nardo, directeur du développement de ce spécialiste du covoiturage. Idem pour l’autopartage quand le parc ne compte que des véhicules de fonction. Le covoiturage ne prendra pas non plus s’il vient en concurrence avec le remboursement des IK. »

La question des usages

La réussite passe par une analyse préalable des usages, par la définition d’objectifs précis et par l’implication des collaborateurs dans la démarche. Car les salariés sont les seuls à savoir si la solution est réellement pertinente. Elle doit donc bénéficier d’un accompagnement et l’entreprise doit se montrer prosélyte. Sans l’adhésion des collaborateurs, les coûts ne seront pas contrebalancés par les bénéfices. À vous de jouer !


Source : Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels (flotauto.com)

À lire ensuite :

Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 2

Obésité et surpoids : 41 % des hommes, et 25,3 % des femmes !

Ce jeudi 4 mars est la Journée mondiale de l’obésité. À cette occasion, le professeur Martine Laville, nutritionniste à l’hôpital Lyon Sud, revient sur cette maladie toujours plus répandue. Elle réclame sa reconnaissance en tant que telle.
Actualités
Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 3

L'odeur de voiture neuve pourrait être nocive pour la santé

Une étude de l’Université de Riverside affirme que passer plus de 20 minutes par jour dans une voiture neuve expose à des doses de certains produits nocifs.
Actualités
Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 4

Conduite : quel est l’impact de la musique sur la concentration des jeunes au volant ?

En voiture, la musique est de mise pour beaucoup de monde. Une étude s’est alors intéressée aux effets de cette dernière sur la concentration des jeunes conducteurs.
Actualités
Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 5

Est-il dangereux de laisser une bouteille de gel hydroalcoolique dans la voiture ?

Est-il dangereux de laisser une bouteille de gel hydroalcoolique dans la voiture ? De nos jours, le gel hydroalcoolique est l’un des articles d’hygiène personnelle les plus utilisés, avec les masques faciaux.
Actualités
COVID 19
Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 6

Conduite sur neige et verglas : quelques conseils pour garder la maîtrise de son véhicule

En cas de neige ou de verglas, il faut adapter sa conduite en roulant doucement et en souplesse. Voici quelques consignes à respecter pour éviter les dérapages incontrôlés.
Actualités
Nouvelles mobilités : coûts minimes et bénéfices immatériels 7

État de santé : 73% des Français déclarent être en bonne santé

Interrogés dans le cadre d’une enquête publiée récemment, 73% des Français se disent en bonne santé. Ils sont plus pessimistes sur l’état de santé général de la population. L’enquête a recueilli l’opinion, avant la crise sanitaire, de près de 3 000 personnes sur leurs expériences du système médical et le ressenti de leur propre état de santé.(...)
Actualités

Abonnez-vous à notre newsletter

Contactez un conseiller dédié
Retrouvez-nous dans nos agences

Boulogne-Billancourt 92100
9, rue de Clamart
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
sans interruption

Le Mans 72100
314, boulevard Demorieux
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

Agences dédiées aux salariés Renault

Guyancourt – 78280
La Ruche – Connecteur 6 A
Ouvert de 8h à 16h15
sans interruption

Le Plessis-Robinson – 92350
Bâtiment Novadis – Module 4
Connecteur Blanc
Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi