Coronavirus : Que faire en cas d’urgence médicale bénigne pendant le confinement ?

31 mars 2020
Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 1

Des dérogations au confinement sont possibles pour les personnes souffrant de maladies chroniques et qui nécessitent des soins réguliers. Mais que faire, par exemple, quand on a cassé ses lunettes ?

Privilégier les téléconsultations

« Globalement, quand c’est possible, il faut privilégier les téléconsultations, indique la direction générale de la santé. Et si le médecin ne peut pas prendre en charge le patient à distance, il lui demandera de se déplacer, ce qui est autorisé pour raisons médicales. » En revanche, il ne faut pas hésiter à aller aux urgences si votre état le nécessite, « dans le cas d’un bras cassé ou d’une rage de dent, par exemple. » Par ailleurs, des dispositions particulières sont prises par les services d’urgences pour éviter au maximum les contacts entre patients. 

Depuis le début du confinement, la téléconsultation a été largement facilitée. Elle permet d’éviter les contacts, que ce soit avec le personnel soignant ou entre patients dans la salle d’attente. Rappelons également que ces consultations sont prises en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles au même titre qu’une consultation classique. Elle coûte autant qu’en cabinet, soit 25 euros. Seule contrainte : la carte bleue est obligatoire et l’encaissement se fait directement en ligne via les plateformes.

Lunettes cassées : des opticiens de garde

Face à un confinement qui pourrait durer, les opticiens ont mis en place, dès le 25 mars, un dispositif inédit : il est désormais possible de faire appel à un « opticien de garde », sur le même modèle que les pharmaciens de garde le dimanche.

Le site urgenceopticien.fr recense les coordonnées de tous les opticiens en France qui se portent volontaires pour ce dispositif. Il permet de répondre à des situations d’urgence.

En revanche, il ne faut surtout pas se rendre directement sur place. Le porteur de lunettes qui a un problème doit solliciter un rendez-vous, en justifiant le degré d’urgence, avec une ordonnance et une pièce d’identité. Les professionnels reçoivent ensuite les clients avec le maximum de précautions sanitaires.

Les urgences dentaires toujours prises en charge

La continuité des soins dentaires d’urgence est assurée. Dans la mesure du possible, mieux vaut éviter de se déplacer aux urgences ou directement chez son dentiste. Et ne surtout, ne surchargez pas le 15. Si vous souffrez de vos dents, appelez votre praticien habituel.

En cas de nécessité, vous serez redirigé vers le centre de régulation (joignable directement au 09 705 00 205 si vous ne parvenez pas à joindre votre dentiste) qui vous indiquera un dentiste de garde. Ce dispositif a été mis en place par l’ordre des chirurgiens-dentistes, avec l’aval du ministère de la Santé, depuis le 20 mars : les soins dentaires sont gérés par des centres de régulation départementaux d’urgence bucco-dentaire.

« Il est demandé à tous les dentistes d’assurer un accueil téléphonique de leur cabinet tous les matins, portes closes s’ils sont sur place. Il leur est aussi imposé d’écouter les répondeurs et d’assurer la surveillance des boîtes mail des cabinets », indique auprès de Sud Ouest le docteur Alain Manseau, chirurgien-dentiste à Bordeaux, président du conseil départemental de l’Ordre national des chirurgiens-dentistes. 

La pilule disponible sans ordonnance 

Depuis dimanche 15 mars et jusqu’au 31 mai, les Françaises et les Français peuvent se voir délivrer leurs médicaments sans renouvellement d’ordonnance. Cette mesure, qui fait l’objet d’un décret paru au Journal officiel, comprend la pilule contraceptive pour les femmes. Néanmoins, il faut présenter son ancienne ordonnance.

Les pharmaciens sont invités à fournir au patient, « dans le cadre de la posologie initialement prévue », un nombre de boîtes suffisant pour permettrela poursuite de son traitement jusqu’à la fin du mois de mai. Les traitements seront remboursés dans les conditions habituelles.

« Le droit des femmes à disposer de leur corps est fondamental et ne saurait être remis en cause en temps de crise sanitaire, comme celle que nous connaissons aujourd’hui, a rappelé, mercredi, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. Aucune femme en France ne peut être empêchée d’accéder à la contraception, le gouvernement s’y engage.« 


Source : Francetvinfo.fr

À lire ensuite :

Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 2

Garage : l’activité repart sur les chapeaux de roue

Les deux principales plates-formes de mise en relation entre particuliers et garagistes enregistrent une fréquentation en forte hausse des ateliers durant cette première semaine post-confinement.
Actualités
COVID 19
Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 3

La nouvelle mobilité à l’heure de la crise sanitaire

Covoiturage entre collègues, nouvelles mobilités, digitalisation des stationnements, livraison de véhicules d'occasion, découvrez les 5 startups qui s'imposent en cette période exceptionnelle.
Actualités
COVID 19
Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 4

Mobilité Mutuelle lance un dispositif post-confinement pour ses adhérents

À l’heure où commence le déconfinement, les centres et cabinets médicaux programment progressivement leur réouverture dans le respect des recommandations sanitaires du gouvernement. Afin d’assurer au mieux la continuité des soins de santé dans cette nouvelle période, Mobilité Mutuelle met à disposition de ses adhérents et à titre exceptionnel un Pack Mobilité.
Actualités
COVID 19
Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 5

Le covoiturage plébiscité après le confinement

Un sondage réalisé fin avril par la plate-forme de covoiturage Karos laisse apparaître que les utilisateurs de ce mode de transport partagé souhaitent poursuivre sur cette voie et même en accentuer l’usage.
Actualités
COVID 19
Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 6

Confinement : les Français ont pris 2,5 kg, selon une étude

Pour la majorité des Français, le confinement a généré une prise de poids moyenne de 2,5 kilos. Le manque d’activité physique, le grignotage ou encore l’anxiété liée à l'enfermement en sont les principaux facteurs.
Actualités
COVID 19
Coronavirus : Que faire en cas d'urgence médicale bénigne pendant le confinement ? 7

Eurorepar Car Service, un exemple de mesures sanitaires à suivre

À l’heure du déconfinement programmé, les entreprises doivent plus que jamais anticiper les bonnes pratiques à mettre en œuvre d’un point de vue sanitaire. Pour rassurer sa clientèle, Eurorepar Car Service fait connaître les mesures d’ores et déjà mises en application dans son réseau
Actualités
COVID 19

Abonnez-vous à notre newsletter

Contactez un conseiller dédié
Retrouvez-nous dans nos agences

Boulogne-Billancourt 92100
9, rue de Clamart
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h30
sans interruption

Le Mans 72100
314, boulevard Demorieux
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 11h50 et de 13h à 16h15

Agences dédiées aux salariés Renault

Guyancourt – 78280
La Ruche – Connecteur 6 A
Ouvert de 8h à 16h15
sans interruption

Le Plessis-Robinson – 92350
Bâtiment Novadis – Module 4
Connecteur Blanc
Ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h15 du lundi au jeudi